Une nouvelle identité graphique pour Keolis

L’o­pé­ra­teur de trans­ports publics a dévoi­lé le 9 octobre sa nou­velle iden­ti­té visuelle signée Saguez & Part­ners. La pré­cé­dente (pho­to), datant de 2001, ne reflé­tait plus l’am­bi­tion mon­diale du trans­por­teur. Avec une typo­gra­phie ronde mais des extré­mi­tés de lettres poin­tues, elle exprime ses valeurs d’écoute et de par­te­na­riat avec les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales en même temps que le dyna­misme. Elle uti­lise deux cou­leurs : le bleu lagon por­teur d’innovation et le taupe pour l’ancrage local.

Le nou­veau logo de Keo­lis réa­li­sé par Saguez & Part­ners.

Keo­lis trans­porte 3 mil­liards de per­sonnes par an et a mul­ti­plié son chiffre d’affaires (5 mil­liards d’euros) par cinq depuis sa créa­tion en 2001 autour de deux action­naires : la SNCF à 70 %, et la Caisse de dépôt et pla­ce­ment du Qué­bec à 30 %. Son ancienne iden­ti­té ne reflé­tait pas cette por­tée mon­diale et n’était pas en phase avec le nou­veau contexte concur­ren­tiel de la mobi­li­té.

L’an­cien logo et sa signa­ture, datant de 2001, ne cor­res­pon­daient plus aux nou­velles ambi­tions inter­na­tio­nales du trans­por­teur.
« On entre dans la troi­sième géné­ra­tion des trans­ports après le che­min de fer à vapeur et l’automobile
indi­vi­duelle, explique Tho­mas Bar­be­let, direc­teur exé­cu­tif en charge de la marque et de la com­mu­ni­ca­tion.
Aujourd’hui on assiste à des usages col­lec­tifs, par­ta­gés et élec­triques voire auto­nomes, faci­li­tés par le digi­tal. De nou­veaux acteurs appa­raissent comme les Gafas (Google, Ama­zon, Face­book, Apple) avec Google en tête, et les construc­teurs auto­mo­biles. »

 Keo­lis, qui avait envi­sa­gé de chan­ger de nom avant de vali­der la dimen­sion inter­na­tio­nale de son patro­nyme, adopte une nou­velle signa­ture, « More ways, more life », pour expri­mer tous les nou­veaux modes de trans­ports (du Vélib” à Bla­bla­car).

La nou­velle signa­ture de Keo­lis adopte l’an­glais pour séduire l’in­ter­na­tio­nal.

Le trans­por­teur a confié la décli­nai­son de son iden­ti­té sur les sup­ports de com­mu­ni­ca­tion à Mea­nings (NDLR : l’a­gence vient de fusion­ner avec 4ventsgroup) et à Angie+1 pour le digi­tal. Elle publie­ra deux fois par an une revue  bap­ti­sée Pulse sur le thème de la mobi­li­té. ■ Pas­cale Caus­sat

Cet article, réser­vé aux abon­nés de Desi­gn fax, est d’a­bord paru le 9 octobre. Il vous a plu ? Décou­vrez-le et abon­nez-vous !