Fenêtres sur courts : le nouveau Roland-Garros

Le temple du ten­nis fran­çais pour­suit sa mue avec trois nou­veaux courts, un « Vil­lage » VIP désor­mais cen­tral, des bou­tiques inté­grées aux gra­dins… Une nou­velle confi­gu­ra­tion des­si­née par l’a­gence W autour du trip­tyque « Bleu, blanc, terre ». Visite en images.

Le nou­veau Vil­lage, entre reflets et trans­pa­rence

 

Trois cou­leurs : terre.  Le plus petit des stades du Grand che­lem de ten­nis se raconte désor­mais des his­toires, celles, petites et grandes, qui ont construit sa légende depuis sa construc­tion en 1928 à par­tir d’un thème : « le jar­din bleu, blanc,terre ».  « Du bleu pour le ciel, l’air, la trans­pa­rence, explique Gilles Delé­ris, de l’a­gence W qui a des­si­né la confi­gu­ra­tion du nou­veau Roland-Gar­ros. Du blanc en réfé­rence aux pana­mas des jours enso­leillés, à l’é­lé­gance, à l’art de vivre. Et enfin la cou­leur la terre pour cette sur­face qui donne lieu à des com­bats de titans, pour son éner­gie. » Cette décli­nai­son a per­mis à l’a­gence W de gagner la com­pé­ti­tion pour le chan­tier de réno­va­tion devant les Bran­di­mage, Mal­herbe et Saguez & Part­ners. « Ce jar­din nous per­met de fédé­rer un récit com­mun, explique Gilles Delé­ris, cofon­da­teur de l’a­gence W. Nous sommes dans le bois de Bou­logne, le tour­noi à lieu au prin­temps, moment de l’ex­plo­sion de la végé­ta­tion et la dimen­sion pay­sa­gère est fon­da­men­tale : il y aura plus d’arbres à la fin que lorsque nous avons com­men­cé ».

Un jar­din à la fran­çaise, comme un écho au « ten­nis in an english coun­try gar­den » cher à la com­mu­ni­ca­tion du tour­noi anglais de Wim­ble­don. Une décli­nai­son ins­pi­rée par l’en­vi­ron­ne­ment et en par­ti­cu­lier l’ex­ten­sion dans les fameuses serres d’Au­teuil où s’é­rige le futur court Simonne-Mathieu, gagnante des tour­nois de 1938 et 1939 avant de rejoindre la France libre. Des­si­né par Marc Mim­ram et bien­tôt cer­né par un jar­din tro­pi­cal, il sera opé­ra­tion­nel en 2019.

Le court des serres sort de terre avant d’être rebap­ti­sé Simonne-Mathieu

 

 

L’o­ran­ge­rie retrouve des cou­leurs

 

 

Le court 18 rend hom­mage à Roland-Gar­ros

 

Légende de la pho­to de une : Fake TV et vrai point de vue sur le court n°7. Les ter­rasses du Vil­lage per­mettent de voir sans être vu.

Pho­tos et textes : SB, sauf men­tions contraires.

Retrou­vez plus d’in­for­ma­tions ce lun­di dans la lettre confi­den­tielle Desi­gn fax.