L’identité de l’Académie Charpentier : plus qu’un dessin, un dessein…

L’Académie Char­p­en­tier, créée en 1945 par la famille éponyme, pour devenir l’une des toutes pre­mières écoles privées enseignant les savoir-faire de la pub­lic­ité et des arts graphiques à Paris, adossée à l’Académie de la Grande Chau­mière — haut lieu de la créa­tion artis­tique et du dessin de nus — a changé de direc­tion en 2018.

Serge Zag­dan­s­ki, psy­ch­an­a­lyste lacanien, cap­i­talise sur la noblesse acquise pour con­stru­ire demain. Et, pour un psy, quoi de plus pavlovien que le désir de restau­r­er une iden­tité écornée ces dernières années ?

Après con­sul­ta­tion, c’est à l’agence byBenoît qu’est con­fié le soin d’opérer la renais­sance visuelle de l’Académie Char­p­en­tier.

Forte­ment imprégné de ses années passées à y enseign­er le « design de mar­que »,  Benoît Higel, directeur de créa­tion et fon­da­teur de l’agence byBenoît, a redéfi­ni avec son équipe — en grande majorité égale­ment issue de l’Académie — la nou­velle iden­tité visuelle de l’école dans sa glob­al­ité, son logo­type et celui de la Grande Chau­mière — ce dernier se devant d’être en fil­i­a­tion visuelle claire.

Pour Benoît Higel, la typ­ic­ité de l’école tient au fait qu’il y a deux académies : l’Académie Char­p­en­tier pour le design et l’Académie de la Grande Chau­mière pour les cours de nus et pour le dessin.

« Le dessin est une façon d’appréhender, de com­pren­dre le monde, on a donc cette chance d’avoir à l’académie des cours de nus — c’est un héritage — un héritage d’élèves et de pro­fesseurs pres­tigieux ! L’Académie était aus­si la pre­mière école privée des métiers d’arts appliqués. Aujourd’hui, c’est ce que nous souhaitons retrou­ver : remet­tre sur le devant de la scène autant cette spé­ci­ficité, que rebâtir une péd­a­gogie sim­ple, claire et effi­cace, axée sur les pra­tiques du dessin et de l’image, de façon à délivr­er un titre qui per­me­tte aux élèves d’être des directeurs artis­tiques et des directeurs de créa­tion ; ou tout au moins, leur don­ner les moyens de le devenir. »

Pour créer cette nou­velle iden­tité à par­tir de l’histoire et des nou­velles ambi­tions voulues par la direc­tion, l’agence — para­phras­ant Pierre Soulages lorsqu’il dit : « c’est ce que je trou­ve qui me dit ce que je cherche » — a tout d’abord avancé en marchant : faire des piges, c’est appren­dre de soi-même à tra­vers l’étude de la con­cur­rence. Toutes les écoles d’art et de design de la place de Paris sont donc restées dans le rétro­viseur au fur et à mesure que les créat­ifs ont com­mencé à dessin­er, jouant avec les let­tres et les sym­bol­es, puis à affirmer des univers pour faire émerg­er cinq axes de créa­tion. De l’axe très lit­téraire, à la typo plutôt « Old­school », au logo­type poly­mor­phe con­stru­it autour du A et du C, c’est finale­ment autour de la nais­sance d’un acronyme imag­iné à par­tir du nom même de l’Académie Char­p­en­tier que le proces­sus créatif a abouti : comme d’autres ont fait l’Esag, l’EnsAD, Boulle… vous pour­rez désor­mais vous van­ter d’avoir fait l’ACAD !

Malin…

L’ACAD, cela peut vouloir dire « Académie Char­p­en­tier Art & Design » comme « Académie Char­p­en­tier Art Direc­tion », de manière intu­itive et sans que cela soit écrit. Il ne suff­i­sait plus alors, qu’à don­ner de la puis­sance à ces deux syl­labes de qua­tre let­tres dev­enues sym­bol­es.

Redres­sant et ren­forçant le A et le C de la précé­dente iden­tité, la nou­velle archi­tec­ture, très sim­ple, a per­mis de dévelop­per un univers sin­guli­er et cohérent pour l’école qui met en avant aujourd’hui ses deux enseigne­ments prin­ci­paux : l’architecture d’intérieur et la direc­tion artis­tique. Déployée en motif, posi­tif ou négatif, ou même filaire, pour bâtir un lex­ique visuel très riche, la nou­velle iden­tité a égale­ment pu sig­ni­fi­er les qua­tre départe­ments d’enseignement de l’ACAD par le con­tre­ty­page des couleurs relevées dans l’établissement.

————————————————————————————————————————————————————————     

————————————————————————————————————————————————————————

Le jeu typographique « bauhaussien » reprend du sens au sein même du lan­gage de la nou­velle « mar­que », sig­nant avec habileté les promess­es de l’école : « Prêt pour la vie ACtive », « ACcéléra­teur de tal­ents », « soyez graph­ic ADdict », « les nou­veaux ACteurs du design »…

Au-delà de l’ensemble des out­ils de com­mu­ni­ca­tion déclinés sur tous sup­ports, l’expertise de l’agence byBenoît accom­pa­gne le développe­ment de l’enseignement artis­tique et des for­ma­tions pro­fes­sion­nelles.

« On n’apprend plus le design comme on l’apprenait avant de manière très clas­sique. La pra­tique du dessin est un avan­tage pour les étu­di­ants de l’Académie car il struc­ture la pen­sée, mais ça ne peut plus être que cela, il faut qu’on l’encapsule dans quelque chose de plus mod­erne. C’est pour cette rai­son que nous sommes en train d’installer petit à petit des méth­odes de design think­ing au sein de nos enseigne­ments. »

L’ACAD : quand exi­gence et ambi­tion font la sin­gu­lar­ité d’une iden­tité.

©bybenoit 

bybenoit.fr