Le design organisationnel pour piloter et transformer l’entreprise

La trans­for­ma­tion de l’entreprise est un exer­ci­ce récur­rent dans des envi­ron­nements insta­bles ou sujets à des boule­verse­ments tech­nologiques et régle­men­taires per­ma­nents. Le choix du bon mod­èle d’organisation est donc déter­mi­nant, car il doit apporter à la fois per­for­mance, agilité et prox­im­ité avec ses marchés. C’est dans cette optique qu’intervient le design organ­i­sa­tion­nel.

Le design organ­i­sa­tion­nel déter­mine le meilleur fonc­tion­nement de l’entreprise pour délivr­er une expéri­ence glob­ale en prenant en compte :

  • La gou­ver­nance – les instances déci­sion­nelles
  • Le mode de fonc­tion­nement – la cir­cu­la­tion des flux humains, matériels et immatériels (organ­i­sa­tion et proces­sus)
  • Le man­age­ment – dévelop­per et mobilis­er les com­pé­tences des col­lab­o­ra­teurs
  • La cul­ture – l’ensemble des con­nais­sances et valeurs partagées qui mar­quent l’identité de l’entreprise
  • L’écosystème – clients, col­lab­o­ra­teurs, parte­naires – en accord avec les con­textes régle­men­taires, éthiques, d’usage, etc.)
  • La com­bi­nai­son des ter­mes “design” et “organ­i­sa­tion” indique la volon­té de sat­is­faire à la fois l’entreprise et l’ensemble de ses par­ties prenantes. L’objectif du design organ­i­sa­tion­nel est donc de décrire le mode de fonc­tion­nement de l’entreprise au sein de son écosys­tème.

Autrement dit, il s’agit de délivr­er une expéri­ence glob­ale, dans et en dehors de l’entreprise, à des­ti­na­tion de l’ensemble des acteurs et entités con­cernés : clients, col­lab­o­ra­teurs, parte­naires – en accord avec les con­textes régle­men­taires, éthiques, d’usage, etc.

Les avan­tages du design organ­i­sa­tion­nel

Penser l’organisation de façon holis­tique – c’est-à-dire en y inté­grant l’ensemble de ses par­ties prenantes – con­stitue un avan­tage majeur dans trois types de con­fig­u­ra­tions :

  • Mieux gér­er sa crois­sance externe
  • Aug­menter sa per­for­mance sur des marchés hyper con­cur­ren­tiels
  • Faire évoluer son mod­èle économique, notam­ment en le cen­trant expéri­ence clients et col­lab­o­ra­teurs

Mieux gér­er sa crois­sance externe

Le design organ­i­sa­tion­nel ira davan­tage dans une approche con­sis­tant à ren­dre com­pat­i­ble deux types de fonc­tion­nements, de cul­tures et de man­age­ments en recher­chant les syn­er­gies pos­si­bles. Il ne s’agit pas d’unifier dans un cadre strict mais de com­bin­er les forces respec­tives de cha­cune des entre­pris­es rap­prochées ou fusion­nées afin d’obtenir un fonc­tion­nement glob­al opti­mal.

Aug­menter sa per­for­mance

Sur des marchés batail­lés, le réflexe pre­mier est l’adoption d’une poli­tique tar­i­faire agres­sive. Out­re son impact négatif sur la rentabil­ité, cette poli­tique génère de façon qua­si automa­tique une guerre des prix de l’ensemble des com­péti­teurs. Le design organ­i­sa­tion­nel poussera davan­tage l’entreprise sur les voies de la dif­féren­ci­a­tion et de l’excellence opéra­tionnelle afin de con­stru­ire un busi­ness mod­el attrac­t­if, réal­iste et pérenne.

Faire évoluer son mod­èle économique

Faire évoluer son mod­èle économique, notam­ment en le cen­trant expéri­ence clients et col­lab­o­ra­teurs, est sans doute l’aspect le plus déter­mi­nant du design organ­i­sa­tion­nel, pour deux raisons : d’abord, l’organisation de l’entreprise doit se con­stru­ire autour de la sat­is­fac­tion des clients et col­lab­o­ra­teurs afin d’obtenir une per­for­mance max­i­male, ensuite sat­is­faire et clients et col­lab­o­ra­teurs ne peut se con­cevoir isolé­ment – l’un ne va pas sans l’autre. Le col­lab­o­ra­teur est l’élément cen­tral d’une expéri­ence clients réussie et doit être con­stam­ment moteur et engagé.

Con­cevoir et met­tre en œuvre le design organ­i­sa­tion­nel

Penser et appli­quer le design organ­i­sa­tion­nel prend en compte :

  • Une vision 360° de l’entreprise intel­li­gi­ble et partagée
  • Un objec­tif stratégique réal­iste et attrac­t­if
  • Des col­lab­o­ra­teurs moteurs et engagés
  • La co-con­struc­tion des principes d’organisation (gou­ver­nance, fonc­tion­nement, man­age­ment et cul­ture) avec l’ensemble des col­lab­o­ra­teurs et par­ties prenantes con­cernés
  • Une roadmap opéra­tionnelle per­me­t­tant de s’engager dans un proces­sus de change effi­cace
  • La ges­tion du design organ­i­sa­tion­nel au fil du temps

L’entreprise étant soumise à des con­traintes d’évolution per­ma­nentes, il est déter­mi­nant que cette évo­lu­tion se fasse d’une façon “naturelle”. Pour cela, il con­vient de con­sid­ér­er :

  • Une organ­i­sa­tion qui favorise l’autonomie
  • Un man­age­ment qui prône l’exemplarité
  • Une cul­ture qui encour­age la trans­parence et la con­fi­ance

Le design organ­i­sa­tion­nel per­met à l’entreprise de s’organiser dans les meilleures con­di­tions économiques, éthiques et man­agéri­ales afin d’atteindre son objec­tif stratégique : génér­er une crois­sance récur­rente et rentable.

Pour cela, pas d’autres choix que de se cen­tr­er expéri­ence clients et col­lab­o­ra­teurs.

Arti­cle rédigé par Christophe Chap­tal et Isabelle Mac­quart, directeurs asso­ciés d’Expe­ri­ence mak­ers, cab­i­net en stratégie et trans­for­ma­tion cen­tré expéri­ence.

Cet arti­cle a été ini­tiale­ment pub­lié par Forbes France.