On se lève pour les Assises du design ?

Le 11 décem­bre 2019 a eu lieu la resti­tu­tion des propo­si­tions issues des travaux des pre­mières Assis­es du design. Dans l’or­dre, voici la syn­thèse des points clés puis l’analyse qu’en avait faite l’heb­do­madaire Design fax.

La grève des trans­ports n’a pas freiné le rem­plis­sage du vaste Cen­tre de con­férence Pierre Mendès France, au min­istère de l’In­dus­trie et des Finance, où se tenait l’évène­ment. Il y rég­nait une atmo­sphère à la fois bien­veil­lante et atten­tive, et c’est con­fort­able­ment calé dans un siège à la vue impren­able que nous avons assisté avec intérêt à la syn­thèse des travaux de ces pre­mières Assis­es.

Cette syn­thèse était précédée des dis­cours de Syl­viane Tar­sot-Gillery, direc­trice générale de la créa­tion artis­tique au min­istère de la Cul­ture, Lau­rence Mégard, sous-direc­trice des indus­tries de la san­té, des biens de con­som­ma­tion et de l’a­groal­i­men­taire à la Direc­tion générale des Entre­pris­es du min­istère de l’É­conomie et des Finances et Thier­ry Man­don, directeur général de la Cité du design. Tous ont affir­mé leur volon­té d’établir une véri­ta­ble poli­tique française du design. En fin de resti­tu­tion, le min­istre de l’É­conomie et des Finances et le min­istre de la Cul­ture ont con­join­te­ment clô­turé la séance, en se prê­tant au jeu des ques­tions et des répons­es. Les pro­pos tenus par Bruno Le Maire et Franck Riester ont démon­tré, sans ambiguïté aucune, l’in­térêt majeur qu’ils por­tent au design. Ci-après, les prin­ci­paux élé­ments resti­tués, par grandes thé­ma­tiques.

A. Val­oris­er le design. 

  • Ini­ti­er et ani­mer un réseau de coor­di­na­tion des acteurs ter­ri­to­ri­aux de la pro­mo­tion fédérés par un label de type “Ambas­sade du Design”
  • Créer les “French Glob­al Design Awards”, prix à portée nationale et inter­na­tionale, ayant pour objet de val­oris­er et pro­mou­voir la démarche française en matière de design – au sens large
  • Organ­is­er une “France Design Week”, semaine du design ayant lieu sur l’ensem­ble du ter­ri­toire, à des­ti­na­tion de tous les publics
  • Adapter la poli­tique de mon­stra­tion des col­lec­tions publiques du design afin de val­oris­er l’ensem­ble des formes du design con­tem­po­rain

B. Inté­gr­er le design dans la stratégie des entre­pris­es. 

  • Plac­er le design au cœur de la stratégie économique de l’É­tat, en inté­grant davan­tage le recours au design dans le cadre du Pro­gramme Investisse­ment d’Avenir
  • Le design : un grand des­sein pour Bpifrance. Il s’ag­it de mobilis­er et for­mer davan­tage les respon­s­ables de Bpifrance afin de mieux pren­dre en compte la démarche design ; nom­i­na­tion d’un chief design offi­cer 
  • Dévelop­per des dis­posi­tifs cohérents d’aides régionales en mobil­isant les dis­posi­tifs nationaux et européens. L’idée est égale­ment d’in­té­gr­er le design dans les proces­sus de redresse­ment ou de restruc­tura­tion d’en­tre­pris­es en dif­fi­culté
  • Con­forter les struc­tures d’ac­com­pa­g­ne­ment au design dans les ter­ri­toires 
  • Dévelop­per les ren­con­tres entre entre­pris­es et design­ers pour ren­forcer l’ap­pro­pri­a­tion du design par les PME via des ren­con­tres entre dirigeants, la mise avant de col­lab­o­ra­tions réussies entre entre­pris­es et design­ers et des design sprints
  • Dévelop­per les for­ma­tions en design dans les pro­grammes de for­ma­tions des­tinés aux salariés des entre­pris­es, en créant notam­ment dans chaque OPCO (ndlr : Opéra­teurs de com­pé­tences) une for­ma­tion design

C. For­mer au design. 

  • Réalis­er une étude sur l’of­fre française d’en­seigne­ment supérieur en design
  • Créer une vit­rine nationale annuelle présen­tant des pro­jets de diplômes d’é­tu­di­ant en design
  • Dévelop­per des ren­con­tres entre jeunes design­ers et recru­teurs dans les ter­ri­toires
  • Dis­pos­er d’un diplôme Bac +8 recon­nu par la com­mu­nauté inter­na­tionale
  • Dévelop­per la for­ma­tion con­tin­ue dans les écoles supérieures de design
  • Dévelop­per les approches péd­a­gogiques d’ini­ti­a­tion à la pra­tique pro­fes­sion­nelle et à l’en­tre­pre­neuri­at dans les écoles supérieures de design

D. Engager une poli­tique inter­na­tionale du design. 

  • Dévelop­per une sig­na­ture inter­na­tionale pour le design français
  • Favoris­er la dimen­sion inter­na­tionale des entre­pris­es, notam­ment des PME, par le design et les design­ers
  • Faire émerg­er une com­mu­nauté de design­ers français à l’é­tranger
  • Dot­er la France d’un niveau de diplôme en design recon­nu à l’in­ter­na­tion­al
  • Cap­i­talis­er sur l’ex­péri­ence des métrop­o­les pio­nnières dans la poli­tique de val­ori­sa­tion inter­na­tionale par le design

E. Ancr­er durable­ment le design dans les poli­tiques publiques. 

  • Dévelop­per l’in­no­va­tion par le design dans l’ac­tion publique
  • Struc­tur­er et dévelop­per la for­ma­tion des design­ers et la sen­si­bil­i­sa­tion des acteurs publics au design

F. Struc­tur­er l’é­cosys­tème du design. 

  • Créer un Con­seil nation­al du design
  • Mobilis­er le Pro­gramme d’in­vestisse­ment d’avenir sur des pro­jets d’in­no­va­tion par les usages
  • Lancer un por­tail nation­al de ser­vices sur les ressources en design présentes dans les ter­ri­toires (plate­formes régionales)
  • Mesur­er l’im­pact économique du design 

L’ensem­ble de ces propo­si­tions sont repris­es en détail dans un cahi­er édité con­join­te­ment par le min­istère de l’É­conomie et des Finances et celui de la Cul­ture. Clair et didac­tique, il per­met de nav­iguer par sujets clés. D’autre part, un site inter­net spé­ci­fique est con­sacré aux Assis­es.

***

L’analyse Design fax.

Dans toute ini­tia­tive visant à venir au sec­ours d’une grande cause, ou qui entend don­ner de l’é­clat à une cause qu’elle estime impor­tante, appa­rais­sent des sujets de sat­is­fac­tion et – sinon ce ne serait pas drôle – des sujets d’in­ter­ro­ga­tion. 

Les voici, ci-après, dans l’or­dre.

Les sujets de sat­is­fac­tion.

  • Il y a, avant toute chose, un plaisir cer­tain a observ­er les acteurs de l’é­cosys­tème français du design tra­vailler ensem­ble, avec une volon­té non feinte d’é­coute et de partage
  • Il y a ensuite, corol­laire direct de ce pre­mier con­stat, la prise en compte de toutes les réal­ités du design, cul­turelles, socié­tales, artis­tiques ou économiques, sans que l’une ne prime néces­saire­ment sur l’autre
  • Il y a aus­si l’af­fir­ma­tion claire et nette, et en par­ti­c­uli­er au plus haut niveau de l’É­tat, de l’im­por­tance du design comme levi­er de com­préhen­sion et de réso­lu­tion d’en­jeux majeurs, humains, envi­ron­nemen­taux, socié­taux, tech­nologiques ou indus­triels
  • Et puis, il y a des ini­tia­tives fortes, comme celle de con­stituer au plus vite un Con­seil nation­al du design – à l’in­star de ce qui existe pour le numérique

En syn­thèse, la tonal­ité holis­tique de ces Assis­es, ain­si que la volon­té d’ap­porter des solu­tions con­crètes, sont des élé­ments incon­testable­ment posi­tifs qui lais­sent augur­er une suite favor­able

Voyons main­tenant les sujets d’in­ter­ro­ga­tion.

  • D’abord, la belle unité affichée par l’ensem­ble des inter­venants va-t-elle per­dur­er, compte tenu des enjeux ?
  • Ensuite, du fait de la forte ambi­tion des dif­férentes propo­si­tions, les moyens néces­saires, notam­ment économiques – tant publics que privés –, seront-ils au ren­dez-vous ?
  • Enfin, les design­ers seront-ils bien au cen­tre de cette trans­for­ma­tion – autrement dit, en seront-ils les prin­ci­paux acteurs ?

Mais ne boudons pas notre plaisir : ces pre­mières Assis­es sont, pour l’in­stant, une réus­site, et l’on ne peut que s’en féliciter.

Arti­cle précédem­ment paru dans le Design fax 1134.