Salles de bain et… ego !

Didier Bar­ray, archi­tecte d’in­té­rieur, livre pour les lec­teurs d’Ad­mi­rable Desi­gn, ses réflexions sur le desi­gn des salles de bain d’au­jourd’­hui. S’il y a un endroit qui reflète l’i­mage de notre moi et sur­moi, c’est bien celui-ci ! Sui­vons les conseils de Didier, his­toire de res­ter dans… le bain.

Douche-Starckw.jpg

Oh ! Salle de bains reflet de mon ego

Fini l’es­pace clos au fond du cou­loir de nos grands parents, siège de la pudeur, W.C.-Starckw.jpgréser­vé à l’hy­giène. La salle de bains aujourd’­hui reven­dique sa place dans l’in­ti­mi­té de la chambre, en étroite rela­tion avec le dres­sing. Elle se « pri­va­tise », elle se montre, veut se fait admi­rer… Elle peut tout se per­mettre ! Une preuve ? Sa part dans notre bud­get est pas­sée en dix ans de 5 300 à 6 800 euros. Elle est deve­nue avec la cui­sine le lieu des plus grandes atten­tions esthé­tiques et pra­tiques de nos espaces de vie.

Deux ques­tions de base.
Aujourd’­hui, le desi­gner d’in­té­rieur, doit d’a­bord étu­dier le com­por­te­ment des habi­tants du lieu avant de créer. Bains ou douche ? Pre­mière ques­tion à se poser lors de l’é­di­fi­ca­tion de ce temple voué à notre ego. Pour­quoi pas les deux, au diable l’a­va­rice, une douche avec des jets puis­sants qui vous enve­loppent, vous titillent, vous don­nant le coup de fouet néces­saire… pour démar­rer le matin ; et la bai­gnoire large, accueillante, posée tel un trône, avec ou sans bulle pour le repos du guer­rier, après une dure jour­née de labeur.
<img4954|center>

Avec ou sans toi­lettes ? That is the ques­tion . Ils osent de plus en plus s’af­fi­cher dans ce cénacle, sans pour autant cas­ser l’es­thé­tique de l’en­semble. C’est nou­veau. Il est vrai que les desi­gners se sont pen­chés sur eux : Starck ‚Graves, …

Dis-moi qui tu es…
Et je te des­si­ne­rai to salle de bain. Cool ou speed ? Avez- vous envie d’un « « salon de bains » douillet, tout en charme et déli­ca­tesse ? Lumière tami­sée, par­quet ancien en point de Hon­grie, murs déli­ca­te­ment peints, voire tapis­sés – Vade retro car­re­lage – bai­gnoire en fonte à griffes, large lava­bo, chi­né chez un bro­can­teur et remon­té avec amour par votre plom­bier pré­fé­ré (espèce rare !), robi­net­te­rie retro – THG – et cerise sur le gâteau, dans le fond près de la fenêtre, devant les vapo­reux rideaux en taf­fe­tas, un pro­fond fau­teuil ou mieux une méri­dienne capi­ton­née, siège de toutes les paresses ! !

Tonique ? Peut-être êtes vous plu­tôt du genre super actif ? Alors pré­voyez un éclai­rage pré­cis, le sol dur en large dalle de pierre, ou bois exo­tique voire, du béton ciré. Ici, l’im­por­tant est… que le siphon de douche soit incor­po­ré ! Quant aux murs : en enduit made in Maroc « ted­lakt« et sur­tout pas de car­re­lage ! La bai­gnoire ? Reloo­kée par nos plus brillants desi­gners : Starck tou­jours lui, mais aus­si M. Graves, N. Fors­ter, James Irving, le tout pour Dura­vit. Pré­voir vasque ronde ou timbre rec­tan­gu­laire, posée sur des plans mini­ma­listes en matière brute (les entre­pre­neurs appellent cela des « bols »), robi­net­te­rie épu­rée – Jacob­sen pour Vola -, incon­tour­nable depuis les années 60 et pré­sent au Moma à New York- espa­liers et hal­tères, pour la bonne conscience… et miroirs sur­di­men­sion­nés posés à même le sol, pour le nar­cis­sisme !

Pour le style nature la déco­ra­tion sera « tout végé­tal », pour ceux qui se recon­naissent dans l’es­prit grand voya­geur nos­tal­gique, des salle de bains d’hô­tel, et enfin n’ou­blions pas le style salle de bain famille pour ceux qui ont besoin de par­ta­ger ces moments.. avec les leurs. On le voit, en ce début de XXIème siècle, la salle de bains est deve­nue un espace à part entière, reflet du style de vie de cha­cun d’entre nous. Pour cette rai­son, elle est deve­nue depuis peu, le théâtre pri­vi­lé­gié des expres­sions de desi­gners et d’ar­chi­tectes d’in­té­rieur. Alors, la salle de bains, reflet de l’e­go ? Pour ma part, la réponse ne fait aucun doute, mais… à vous de juger !