Patrick Le Quément trace sa route en mer

Incon­tes­ta­ble­ment Le Qué­ment est un nom qui a lais­sé une forte trace dans le desi­gn auto­mo­bile inter­na­tio­nal. Pou­vait-on ima­gi­ner qu’après son départ de Renault il quit­te­rait sa voca­tion de desi­gner ? Non ! Aujourd’hui à la tête de Patrick le Qué­ment Consul­ting, il a ouvert ses nou­velles acti­vi­tés dans l’univers naval. Gérard Caron est allé lui tendre le micro.

admirable_design_Caron_gerard_2011.jpg
Inter­view par Gérard Caron.

 Com­ment se retrouve-t-on dans le monde naval après une si belle car­rière dans le desi­gn auto­mo­bile ?
Patrick Le Qué­ment. Je suis ren­tré dans le monde du desi­gn naval par pur hasard. J’ai été contac­té par un des deux asso­ciés qui dirige le groupe Grand Large Yach­ting (Allures Yach­ting, mono­coque hau­tu­rier en alu­mi­nium, Outre­mer Yach­ting, spé­cia­liste des cata­ma­rans hau­tu­riers et depuis peu Gar­cia Yach­ting, construc­teur de yachts d’ex­cep­tions).

Cela a à voir avec vos res­pon­sa­bi­li­tés chez Renault au ser­vice qua­li­té ?
P. L.Q.
Alors c’est vrai que j’ai été direc­teur de la qua­li­té du groupe Renault pen­dant 4 ans, mais moi je rêvais de faire du desi­gn… d’au­tant plus que je m’é­tais remis au des­sin de façon très sérieuse quelques mois avant de quit­ter Renault en novembre 2009.

Le bateau est donc une his­toire qui se conti­nue
P. L.Q.
D’une cer­taine façon oui… Xavier Des­ma­rest m’a deman­dé de les aider, lui même et son asso­cié Ste­phan Constance, tous deux Cen­tra­liens et ex-Bos­ton Consul­ting Group, pour amé­lio­rer leur pro­ces­sus qua­li­té, l’or­ga­ni­sa­tion du déve­lop­pe­ment pro­duit et l’or­ga­ni­sa­tion par pro­jet. C’est ain­si que j’ai com­men­cé la pre­mière inter­ven­tion dans ma toute nou­velle entre­prise Patrick le Qué­ment Consul­ting.

Un des cata­ma­rans 5X d’Ou­tre­mer.

Cette nou­velle orien­ta­tion a donc com­men­cé par une démarche de qua­li­té per­çue. Et le desi­gn ?
P. L.Q.
Après avoir mis en place une démarche qua­li­té per­çue, Xavier Des­ma­rest, Pré­sident d’Ou­tre­mer, m’a deman­dé si je serais ten­té par le desi­gn de leur pro­chain vais­seau ami­ral, le 5X dont les archi­tectes seraient Marc Van Pete­ghem et Vincent Lau­riot Pré­vost de VPLP desi­gn. C’est ain­si que j’ai des­si­né mon pre­mier bateau, un cata­ma­ran de 59 pieds, 18m, en tra­vaillant avec mon ami Marc Van Pete­ghem et son équipe ain­si que le talen­tueux Franck Dar­net qui a signé son inté­rieur. C’est une véri­table bête des mers, avec sa grande voile de 127 m² et un mât de plus de 23m de hau­teur, un gen­na­ker de 175 m² et un spin­na­ker de 243 m². Tout cela veut dire la glisse sur la mer… 15,7 nœuds lors des essais en mer que j’ai effec­tué le 3 avril der­nier. Ce pro­jet a été une expé­rience magique, grâce aux qua­li­tés humaines des per­sonnes qui y ont par­ti­ci­pé, mais aus­si car j’ai pu trans­po­ser mon expé­rience de desi­gner dans l’in­dus­trie au monde de la plai­sance. Tu sais, je reste convain­cu que le desi­gn reste 95 % d’a­na­lyse et de bon sens, et 5 % de magie. Alors là je me suis dis qu’en effet j’é­tais de nou­veau un « Lucky Man ». Il faut dire que Renault Desi­gn a fait un seul pro­jet de bateau, et cela a été une mer­veilleuse col­la­bo­ra­tion avec une des équipes d’ar­chi­tectes les plus répu­tées dans le monde, VPLP, un cata­ma­ran expé­ri­men­tal pré­sen­té sous le nom de Concept Cat au Salon Nau­tique de Paris en 2000.

D’où sort cette his­toire de Lucky Man ?
P. L.Q.
Tu dois te dou­ter que nos amis Anglais ou Amé­ri­cains n’ont jamais été fichus de pro­non­cer mon nom cor­rec­te­ment, j’ai eu droit à tout ! ! Jus­qu’au jour où, à Londres, un prix devait m’être remis, le pré­sen­ta­teur m’ap­pe­la sur l’es­trade avec ces mots :  » And now I would like you to wel­come Mr Patrick Lucky­man », le nom est res­té !

Pro­chai­ne­ment sur Admi­rable, Patrick Le Qué­ment pré­sen­te­ra la concep­tion du 5X, son pre­mier bateau.