Les clés du regard

Le professeur Forestier, biophysicien, continue à révéler aux designers les secrets des visuels réussis. Quand il s’agit d’utiliser un modèle masculin ou féminin, tout est dans le regard a-t-on l’habitude de dire. Et si c’était vrai ? Jetons un regard plus pointu sur cela…

Les clés du regard…

– Bonjour Professeur.
– Bonjour Euphrosine.
– Vous m’avez expliqué à quoi sert le charme. Ne pensez-vous pas, Professeur, qu’il serait temps de me dire à quoi sert la beauté ?
– De la beauté de la femme ?
– Par exemple !
– Si je te disais : à la reproduction sexuée, tu m’opposerais que c’est un raccourci hâtif. N’est-ce pas Euphrosine ?

– Oui, et s’il fallait être top-model pour trouver l’amour, ça se saurait !
– … ?
– C’est le titre d’un article de Maïa Mazaurette dans le Journal des femmes.
– Et j’imagine que ce ne sont pas les plus belles qui arrivent le mieux à leurs fins… Et quelle était la conclusion ?
– La confiance en soi et le sourire sont des codes de séduction !
– Je suis tout à fait d’accord avec Maï… Ma…, avec cette journaliste. Mais vois-tu Euphrosine, je croyais que toutes les femmes portaient en elles, par intuition, cette connaissance de leur pouvoir.

– Les femmes, Professeur, ont toujours besoin d’être rassurées. Maïa Mazaurette parle d’étincelle dans le regard.
– Oui, totalement oui, pour le regard. George Sand était petite et pas particulièrement belle, mais son pouvoir séducteur était dans son regard.

– Dans Narcisse et Goldmund, c’est des yeux que pendant le repas la paysanne prend possession du beau Goldmund aux blondes boucles.
– Sans un mot !
– Si un seul : pour lui indiquer à la fin du repas le lieu de rendez-vous. Le regard prime sur le langage.
Je pourrais multiplier les exemples. Oui aussi pour l’étincelle, si elle évoque l’étincelant, mais non pour la brièveté.
Soixante-dix millisecondes suffisent au cerveau pour savoir si un visage, même flou, exprime la peur ou la joie et en tirer les conclusions nécessaires. Un tiers de seconde suffit pour savoir si cette personne est connue ou pas. Croiser un regard en prolongeant ce temps de seulement une seconde affirme déjà une volonté, par exemple de séduction.
– Regard appuyé auquel il est possible d’ajouter cette inclinaison de la tête, celle de la petite fille qui se love dans le creux du cou de son père ! Regard appuyé et demande de protection ! Je ne vois effectivement pas encore de beauté dans tout cela.

– Cette étincelle dans le regard pourra être rehaussée par une mise en beauté des yeux.
– Rehaussée par du maquill… Euh, par des fards ? Jusqu’où, Professeur ?
– Il n’y a pas de règles. D’abord, il faut qu’avec sa mise en beauté la femme se sente en confiance, et féminine.
– … !

– Ensuite, elle la rehausse un peu, juste par un peu plus de fard, par un trait d’eye-liner un peu plus prolongé…. Tous ces « un peu plus » doivent permettre à la femme de se senti un peu plus forte, et un peu plus féminine.
– Un peu plus séductrice !
– Certainement ! Tu peux en voir, Euphrosine, ici un exemple avec Kristen Stewart. Et je n’ai pas pu résister au plaisir de te montrer un autre regard photographié par le même Mario Testino.