Vague de design sur le TGV l’Océane

Oli­vier Saguez et son agence ont tra­vaillé pen­dant cinq ans avec la SNCF et Alstom pour ima­gi­ner l’O­céane, le nou­veau TGV qui relie­ra bien­tôt Paris à Bor­deaux en deux heures. Un desi­gn de tous les détails, pour deux heures de tra­vail, de res­tau­ra­tion, de détente ou de repos.

La vague des TGV des ingé­nieurs, puis celle de TGV « déco­rés » par un homme de mode sup­por­taient bien mal la com­pa­rai­son avec les Shin­kan­sen japo­nais, aux ser­vices et aux tenues du per­son­nel par­faits. Voi­ci celle d’un desi­gner. Enfin ! La boucle se referme avec le père d’o­ri­gine Roger Tal­lon. Il était temps !

Pour le confort
Ins­pi­ré du fau­teuil Vol­taire, avec deux grandes oreillettes qui main­tiennent le haut du corps et la tête, le siège du TGV L’Océane est des­si­né comme une alcôve. Le volume opti­mi­sé est mieux adap­té à la nou­velle taille moyenne en hausse des pas­sa­gers, grâce à des accou­doirs plus larges et à une incli­nai­son réglable du siège aug­men­tée de 10 % qui laisse plus d’espace aux jambes.

À l’heure du bureau nomade, l’agence de desi­gn a équi­pé chaque siège de tous les outils néces­saires aux nou­veaux modes de tra­vail : des prises USB et 220 V indi­vi­duelles, un secré­taire et sa liseuse qui dif­fuse une lumière tami­sée ain­si qu’une mini-tablette déployables et inté­grés aux dos­siers pour y poser un ordi­na­teur ou un smart­phone. L’intimité du voya­geur a fait l’objet d’attentions par­ti­cu­lières : un miroir de cour­toi­sie per­met de se refaire une beau­té en toute dis­cré­tion. Conçue sur le modèle du « push and pull », une patère per­met de sus­pendre son vête­ment et de le retrou­ver impec­cable à l’arrivée. À l’élégance des maté­riaux des sièges des deux classes – maille pure laine de l’assise, cuir de l’appui-tête et des accou­doirs, bois chêne clair de la tablette – s’ajoute une prouesse tech­nique qui apporte un double béné­fice confort et san­té en 1ère classe, où tous les sièges pivo­tants seront retour­nés dans le sens de la marche à chaque voyage.

Le siège 1ère classe
Usages plu­riels :

  • Prises USB et 220 V indi­vi­duelles
  • Un secré­taire et sa liseuse pour l’ordinateur
  • Une mini-tablette pour le smart­phone
  • Un miroir de cour­toi­sie
  • Une patère pour la veste
  • Une double-source d’éclairage en LED, direct et indi­rect, chaud et froid, a été conçue par l’agence pour accom­pa­gner les voya­geurs avec une lumière qui évo­lue du matin au soir

Pour bou­ger
Seul moyen de trans­port qui offre une si large diver­si­té d’activités, le train per­met une grande liber­té de mou­ve­ments. Le desi­gn du TGV L’Océane flui­di­fie encore davan­tage les dépla­ce­ments à l’intérieur du train par l’optimisation de ses dif­fé­rentes fonc­tion­na­li­tés comme l’espace bagages, la signa­li­sa­tion dyna­mique ou les poi­gnées de cir­cu­la­tion qui faci­litent l’accès aux enfants, aux seniors et aux per­sonnes à mobi­li­té réduite. La voi­ture bar pro­pose une varié­té de pos­tures pour rompre la mono­to­nie du voyage. Les usa­gers sont invi­tés à se res­tau­rer sur des ban­quettes à par­ta­ger et les appuis sont ouverts vers l’intérieur. Le comp­toir en bois chêne clair, tota­le­ment ouvert et magni­fié par une cano­pée rouge, se fait plus accueillant.

Pour les voya­geurs aus­si bien que pour les agents
SNCF et l’agence ont tra­vaillé sur l’efficacité et la péren­ni­té du nou­veau desi­gn, en se met­tant non seule­ment dans les yeux des usa­gers mais aus­si dans ceux des agents. Les cri­tères d’exploitation, de main­te­nance et de net­toyage ont été des fac­teurs clefs dans les choix de trai­te­ments de lumière, de colo­ri­mé­trie et de maté­riaux, comme les nou­veaux tis­sus des sièges, plus faciles d’entretien, chi­nés à rayures rouges en 1ère classe et bleus en 2nde classe en hom­mage à Roger Tal­lon, desi­gner de la deuxième géné­ra­tion, le TGV Atlan­tique. Dans une démarche de desi­gn durable, en paral­lèle des nou­velles rames, SNCF rénove 24 rames TGV duplex exis­tantes, pour une totale cohé­rence sur le TGV L’Océane qui rou­le­ra sur le Ligne Grande Vitesse à par­tir du 2 juillet 2017.

Chiffres et détails

  • 556 places dans une rame
  • 10 % capa­ci­té supé­rieure à un TGV duplex clas­sique
  • 22 % capa­ci­té supé­rieure à un TGV Atlan­tique Lacroix
  • 5 années de réflexion
  • 4 années de pro­jet
  • 3 années de chan­tier
  • Tis­su lai­né esprit capi­ton­nage Aunde
  • Coque de sièges : magné­sium laqué Gri­gio Sili­ceo
  • Ban­deau haut et pié­te­ment sièges : noir pia­no brillant
  • Appui-tête : cuir
  • Tablette et comp­toir bar : chêne clair