Article publié le 18 juin 2007 dans Marques AddThis Social Bookmark Button

Danone : Chinois, copieurs !

Les Japonais ont commencé par copier les produits occidentaux, avant de les améliorer puis de les surpasser.
Les Coréens sont en train d’entamer à leur tour le dernier stade de cette évolution. Quant aux Chinois, ils sont encore au premier stade. Danone en sait quelque chose comme bien d’autres marques aussi.
Stéphane Bertoux de Nexteo revient de Chine, écoutons-le....


Wahaha (traduction : le bébé qui rit) Fait pleurer Danone en Chine...

Danone fait la une du China Daily Business (10 mai 2007) pour une histoire un peu compliquée, mais bien révélatrice des pièges du monde chinois.
Wahaha est la première marque d’eau embouteillée en Chine, bien que fortement attaquée par de nouveaux entrants, locaux ou internationaux comme Nestlé Waters. Elle a bénéficié du soutien industriel et technologique de Danone, puisque depuis 1996 Danone est propriétaire de 51% de Wahaha, via 5 joint-ventures.
Le marché de l’eau étant concurrencée, Wahaha, marque très forte en Chine, s’est étendue au marché des jus de fruits et des sodas. Plus récemment au marché des nouilles instantanées (logique, que met-on dans des bols de nouilles instantanées ?...de l’eau !).
Très récemment, Wahaha a lancé des produits laitiers (lait et yaourt), ce qui était formellement interdit par les accords signés par Wahaha en 1996 avec Danone, pour préserver le territoire de la marque Danone, très forte sur ce marché en Chine.
Ce à quoi répond aujourd’hui Zong Qinghuo, fondateur de Wahaha, qu’il n’y a pas de raison à ce qu’il y ait une quelconque restriction pour Wahaha, puisque Danone n’en a pas de son côté.

Cette attitude est très révélatrice des dangers de la Chine, même pour un groupe aussi puissant et sinisé qu’est Danone : un accord est un accord, mais on peut aussi contourner l’accord, dans la mesure où les conditions au cours desquelles l’accord a été signé ont changé. En 1996, les Chinois ne consommaient pas de lait, et Wahaha était seul sur son marché...
Emmanuel Faber, qui est à la fois président du groupe Wahaha et président de Danone Asie-Pacifique doit s’arracher les cheveux : il est président d’une société qui se contrefait elle-même !
Et pour finir, regardez et comparez le packaging originel de Danone, et la « subtile » inspiration de Wahaha. Ces deux packs ont été achetés dans le même magasin....

Wahaha met Danone au placard*


Ou la suite de l’histoire...au 23 juin 07
Les choses ne s’arrangent pas entre Danone et Wahaha. Aux dernières nouvelles, le groupe chinois compte lancer une nouvelle boisson sans son partenaire français, un signe évident que le conflit ne fait que commencer.
21/06/2007

Le directeur de Wahaha Pékin, Liu Hong, a récemment indiqué à la presse que le groupe chinois allait créer sa propre boisson à base de thé via l’une de ses filiales sans la contribution de Danone. Le fait est loin d’être anodin car il se place directement dans le contexte du conflit juridique entre le groupe français et son partenaire chinois, à savoir l’utilisation sans accord de la marque Wahaha sur laquelle Danone estime avoir le contrôle.

Wahaha ne cache d’ailleurs pas ses intentions, monsieur Liu ayant parlé « d’expulser » Danone de la compagnie chinoise pour remporter le combat contre le groupe français. On ne peut être plus explicite.

Les positions s’enlisent pour Danone car les soutiens à Zong Qinghou se multiplient, tandis que les portes paroles de Wahaha continuent de surfer sur la vague, très efficace, du patriotisme économique en allant jusqu’à parler d’économie chinoise en danger...

La situation de Danone, si elle n’est pas encore catastrophique, illustre parfaitement les aléas du business en Chine : une conception des affaires très différentes, où, si l’on caricature, la signature d’un contrat représente une situation finale pour les étrangers et un début du dialogue pour les Chinois. Ce que des travailleurs indépendants occidentaux (tels les professeurs étrangers), connaissent tout autant que les entreprises au contactq de certains établissements privés.

Beaucoup d’entreprises étrangères, contraintes par la législation chinoise, devaient auparavant s’associer à des entreprises locales pour pouvoir se lancer dans les affaires sur le marché chinois. Hors, cette contrainte n’est aujourd’hui plus indispensable, et Danone, comme beaucoup d’autres, va sans doute chercher à faire cavalier seul dorénavant...

*Extrait de : Toutelachine.com

Autres articles

Marques

La rubrique du design de marque, de l’identité visuelle, des logotypes. Avec les réflexions sur le vaste sujet du territoire de marque...

Auteur de L'article

Stéphane Bertoux

Trombinoscope

Hasard des personnalités

Lars of the world

Lars Wallentin... Designer, il promène son bâton de pèlerin partout pour le compte de Nestlé. L’homme qui connaît le mieux tous les packagings du monde. Ses conférences brillantissimes sur le design font du bien à notre métier. Comédien, va !

Le bêtisier du design

Signalétique sur le mur des chambres d’un hôtel de Tokyo

"Vous êtes priés de profiter (take avantage) de la femme de chambre."