Article publié le 14 mai 2012 dans Visions AddThis Social Bookmark Button

Illusion optique et design...

Laurent Collangettes, dg de l’agence Lonsdale, propose aux amis d’Admirable Design une réflexion passionnante sur le design 2D qui donne une illusion 3D, autrement dit le mapping design !

Laurent va jusqu’à imaginer des applications dans tous les domaines...

Le design de l’illusion ? Pourquoi pas...

Mapping design

Le Vidéo mapping ou 3D vidéo mapping

Il s’agit d’une animation visuelle projetée. Cette technologie multimédia permet de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes, de recréer des images de grande taille sur des structures en relief, tels des monuments, ou de recréer des univers à 360°. Grâce à l’utilisation des logiciels spécifiques, les volumes sont dessinés et reproduits, afin d’obtenir des projections vidéo à grande échelle.

Par exemple, la fête des lumières à Lyon utilise annuellement la technologie du vidéo mapping ou Contrex dans on dernier spot publicitaire.

Le mapping

En imagerie numérique, le mapping est une technique utilisée pour feindre le relief d’une texture, en appliquant une image photographique, en deux dimensions sur une surface en trois dimensions. (Wikipedia)

Pourquoi les designers continuent-ils à concevoir l’identité d’un produit sur un emballage comme s’il s’agissait d’une surface plane et réduite ? Sommes-nous des automates dans les hypermarchés, à nous placer face à un linéaire pour décider de l’achat ou non d’un produit ? Une fois à la maison, ces mêmes produits ont-ils une image à seulement deux dimensions ?

Comme les marins et les capitaines, antérieurs à 1492, pensaient que la surface de la terre était plane, de nombreux designers continuent à penser que la surface d’un packaging s’arrête aux limites du pliage de la boîte ou de la ligne de visibilité de la circonférence d’une bouteille…

La réalité veut que le contact visuel avec un packaging est souvent beaucoup plus large qu’on ne le croit car le consommateur l’aborde sur le côté ou en plongé, selon ses déplacements… et que ce packaging vit aussi entre les mains de son acheteur.

La vision élargie

C’est ce que les ophtalmologistes appellent la vision élargie : La vision élargie consiste en l’intégration de la vision fovéale (centrale) et de la vision périphérique. A 50 cm de distance d’un écran la zone nette de vision représente un rond de +/- 2,5 cm de diamètre : c’est la vision fovéale. A partir de ce rond, l’acuité va diminuer au fur et à mesure que l’on s’écarte de ce point, cela se traduit par une vision de plus en plus floue : c’est la vision périphérique. Le cerveau n’a pas besoin de voir tout son environnement avec une acuité de 100 % pour en analyser les composants.
Par exemple : pour l’instant vous lisez cet article. Sans bouger votre œil de votre écran, vous pouvez facilement évaluer les éléments qui vous entourent dans la pièce dans laquelle vous êtes. Ils sont flous mais vous pouvez les identifier.

Le mapping design

"Le mapping design" consisterait donc à concevoir l’identité graphique d’un produit au delà des limites de ce qu’on appelle le "facing", pour que l’image tape plus fortement dans l’œil du consommateur en maximisant son champs de vision selon sa surface, sa position sur une tablette et sa place en magasin.

Prenez par exemple les packagings des macarons de Chantal Guillon. Les produits se présentent à l’arrière du comptoir selon un rangement en escalier. Le designer à intégrer cette contrainte dans sa conception graphique en appliquant l’identité de la marque sur plusieurs faces de la boîte créant ainsi un impact "élargi".

Et cette démarche peut également s’appliquer dans les supermarchés. Un congélateur bas ou un rayon réfrigéré ne vont pas offrir aux produits les mêmes conditions de visibilité aux produits. Regardez le packaging de Tropicana développé pour le marché américain. Son concepteur a utilisé les trois faces du packaging pour appliquer sa création et maximiser la visibilité de son message visuel.

Jusqu’au regard de la Joconde...)

Cette idée peut aussi permettre à une marque ou à un produit de "dérouler" une histoire plus riche et plus originale, comme cette marque de vin qui a sérigraphié la planisphère sur la circonférence de sa bouteille pour évoquer ses origines.

D’autres designers ont encore trouvé des solutions plus radicales. Transformer les packagings en véritables objets. Il quitte ainsi leur fonction primaire de "support" d’image pour incarner un concept dans sa globalité. Exemples : les "fruits" Kleenex (lauréats Pentawards) ou les créations « ludiques » du designer Mats Ottdal.

Pourquoi ne pas appliquer également cette vision à l’identité visuelle avec des logotypes conçus pour qu’ils soient tout aussi impactant et visible selon l’angle avec lequel on les regarde.

N’est-ce pas, d’une certaine manière, ce que Léonard de Vinci avait créé en peignant le regard de la Joconde…

Autres articles

Visions

Tendances créatives, prospectives, prises de position sur l’évolution des marchés, le design du futur...
À visiter de temps à autre.

Auteur de L'article

Laurent Collangettes

Trombinoscope

Hasard des personnalités

Patrick Le Quément

Longtemps une référence dans le design automobile, de Renault en particulier. Le monde entier le respecte. Avec humilité il apporte la révolution partout où il passe et a formé des centaines de jeunes professionnels.
Le Quément, créateur de créateurs… Aujourd’hui il se consacre avec le même succès au monde du bateau.

Le bêtisier du design

Abreuvoir...

Quand on traite le consommateur avec des packagings et des produits de cette nature, on regrette de ne pas être chien ou chat. Eux sont bien considérés ...