Article publié le 2 avril 2007 dans Marques AddThis Social Bookmark Button

L’avenir de la marque ? La conscience !

La conscience est l’avenir de la marque ! Tel est le credo d’Arno Lebrunet fondateur du groupe OneMoswo basé à Nantes et Lyon, conseil en stratégies de marques et design global.
On annonce régulièrement la mort des marques et des logos. Admirable Design donne la parole à ceux qui pensent à son avenir...

L’Être Marque ou l’avènement d’une conscience.

Il apparaît nettement que la marque, telle que nous l’envisagions, a vécu. La désaffection, voire le rejet, des différents publics à son égard constitue la preuve la plus flagrante d’une nécessité d’évolution. Si nous ne remettons pas en cause ces grands principes, nous disons qu’il faut modifier le regard porté jusqu’à présent sur les marques et sur leurs rôles. _ Qui plus est, nous vivons une époque dans laquelle les marques jouent un rôle d’icônes, au sens religieux du terme. Et à ce titre, les attentes des acteurs concernés n’en sont que renforcées. L’enjeu, ici, n’est pas de statuer sur le bien fondé de cette situation. Il convient juste de constater le fait... et d’agir.

Puisqu’il est nécessaire d’adopter une nouvelle approche, il nous faut trouver l’axe autour duquel la construire. Et quel que soit cet axe, l’objectif à atteindre est clair et unique : rapprocher marques et parties prenantes, en réinstaurant la confiance, ou encore la complicité, indispensables.
Rapidement, il apparaît évident qu’il incombe à la marque de s’adapter. L’évolution de la relation doit se faire à son initiative et elle ne doit rien attendre de ses parties prenantes en termes de changement. Elle est seule responsable de ce qu’elle représente, et lorsqu’elle prend “conscience” de cette situation, la marque est prête à se remettre en question.

La conscience : et si c’était cela le chaînon manquant ? Intégrer dans les éléments constitutifs de la marque (personnalité, expression) cette dimension propre à l’Être Humain. Dimension qui a permis à celui-ci d’accéder au dernier stade connu de son évolution.

La conscience de la marque ?
Avoir conscience de la portée de ses actes, de ses discours, et agir en conséquence.

Cette affirmation sonne un peu comme une lapalissade, mais elle constitue l’élément fondateur de l’approche de la marque que défend OneMoswo dans son Livre Blanc. Une évidence qui, malheureusement, ne semble pas s’imposer aux yeux du plus grand nombre. Notre postulat de départ est simple.
Comme un Être Humain, la marque vit et meurt. Elle se transforme et adapte ses messages au regard de ses différents interlocuteurs. La marque se pare d’attributs pour séduire. Nous pouvons nous en faire une amie, voire une alliée, mais elle peut également décevoir. Le parallèle est saisissant et d’autres l’ont relevé avant nous. Nous poussons juste la réflexion à son paroxysme, et développons cette nouvelle étape d’évolution de la marque en la faisant accéder au statut d’Être Marque.

L’être Marque...
Dans une Société en perpétuelle quête de sens, les Êtres Marques peuvent figurer comme des balises pour un certain nombre d’individus. L’enjeu n’est pas de se positionner quant à la pertinence de ce constat. À moins de remettre en cause les fondements mêmes de l’économie planétaire, il ne nous reste que l’action positive à partir d’un héritage commun, fut-il discutable par de nombreux aspects.

Agir positivement revient à agir de façon constructive. C’est encore la conscience des conséquences d’une telle démarche qui fait la différence. L’Être Marque doit pleinement s’inscrire dans cette mouvance pro-active afin de conquérir à nouveau ses parties prenantes.

L’Être Marque peut représenter un soutien, voire un support, à l’établissement d’une Société responsable. Avec tout ce que cela sous-entend en termes d’égalité, de qualité, d’innovation... et d’effort. La responsabilisation à tous crins a probablement ses travers, mais elle entraîne ceux qui la prônent et l’appliquent dans un cercle vertueux : celui du progrès et de l’évolution. À contrario, la non-responsabilisation, et même pour certains cas la déresponsabilisation, dans les actes et les discours, ne porte aucune vision d’amélioration de l’existant.

Faut-il tout mettre en oeuvre pour progresser et tenter de nouvelles approches constructives ? Chez OneMoswo, nous répondons évidemment par l’affirmative. Notre réflexion sur l’Être Marque est un élément de réponse. Et c’est par l’élévation de son niveau de conscience que celui-ci instaurera, rapidement, une confiance durable avec ses différents publics. Une seule question reste en suspend : à quel degré de conscience doit accéder l’Être Marque pour atteindre cet objectif ?

Autres articles

Marques

La rubrique du design de marque, de l’identité visuelle, des logotypes. Avec les réflexions sur le vaste sujet du territoire de marque...

Auteur de L'article

Arno Lebrunet

Trombinoscope

Hasard des personnalités

Gae Aulenti

Parce que les grandes dames du design ne sont pas si nombreuses. En France sa célébrité s’est établie avec le Musée d’Orsay. Mais ce serait oublier Fiat, Knoll, Olivetti et les autres... Décédée en 2012.

Le bêtisier du design

Tiger’s smile

L’omniprésence d’un logo peut mener au pire. Les designers, eux, le savent depuis longtemps...