Article publié le 7 septembre 2002 dans Packaging AddThis Social Bookmark Button

L’environnement en question...

Au cours des dernières décennies, la protection est devenue une préoccupation majeure des pays industrialisés. Ecoutons ce que pensent les spécialistes de Nestlé, le premier groupe alimentaire au monde.

Packaging et environnement. Quelles perspectives ?
J. Quillet, Ph.Roulet, L. Wallentin, J.Elliot

1% des déchets solides
Au début de l’ère du self service,l’emballage était surtout une protection et un support d’information pour le consommateur (ce qui bien sûr continue d’être le cas), l’aspect environnemental étant secondaire.

Il y a 10 à 15 ans, le développement durable prenant de plus en plus d’importance, dans le monde industrialisé, l’emballage est devenu la cible de critiques. Mais suite à des modifications dans la conception, dues en grande partie à l’évolution des technologies, l’emballage ne représente plus un sujet de discussion pour le consommateur qui l’ont, semble-t-il, bien accepté.
Même si l’emballage des produits alimentaires ne représente que 1% du total des déchets solides dans la plupart des pays, le consommateur y est particulièrement sensible.

Nestlé a adopté des principes visant à faciliter le recyclage des emballages ou leur réutilisation, par des solutions qui minimisent leur incidence sur l’environnement et la quantité de déchets ; et ce, à tous les stades de la fabrication, de l’emploi et de l’élimination en évitant toutes substances indésirables. Cela passe aussi par le choix de la forme et de la nature de l’emballage pour optimiser l’utilisation des palettes de transport. Ce qui a pour effet une réduction des coûts énergétiques sur l’ensemble de la chaîne et un impact minimisé sur l’environnement.

L’exemple du stick Nescafé
Le changement des sachets individuels Nescafé à 4 côtés soudés par le concept du stick individuel a permis une réduction de 13 tonnes de matériaux (20%), tout en conservant la même quantité de produit. Cette économie est de matériau s’est accompagné d’une économie annuelle d’environ 194’000. Il y a donc économie tout au long de la chaîne de production.

Selon les pays...
En Suisse l’emballage a une fonction utilitaire plus forte qu’au Japon ou son aspect
esthétique est particulièrement important. En Suisse encore, où une grande partie des déchets est brûlée, on ne rencontre plus de problème avec les emballages multicomposants. En effet l’énergie dégagée par la combustion des déchets est récupérée.

Dans les pays industrialisés, l’emballage alimentaire est monofonctionnel, à quelques rares exceptions près, c’est à dire que son utilité disparaît après l’utilisation du produit. Dans les pays en développement, la situation est toute autre et, le plus souvent, les emballages comme les boîtes de fer blanc et les cartons, vivent une seconde vie. Ils peuvent alors devenir ustensiles de ménage, pots de fleurs, jouets,récipients pour offrandes, etc.C’est un aspect dont on peut tenir compte lors de la conception des emballages.
Quant à l’avenir, on peut dire que l’emballage fera davantage appel à nos sens principalement, toucher, vision, audition. Il sera donc plus attrayant, plus solide aussi grâce à des combinaisons nouvelles de matériaux. Il sera plus distinctif, démontrant plus de créativité dans le concept et la forme. D’ici à quelques années, l’emballage deviendra plus intelligent grâce à l’adjonction de puces électroniques.
L’emballage est le résultat de réflexions beaucoup plus poussées que ce que le consommateur perçoit. Il est une synthèse entre une réalité technologique et une perception : design, culture, etc. Cependant il restera toujours le reflet de la richesse culturelle et des préférences locales, car il ne sera jamais uniformisés au niveau mondial.

Autres articles

Auteur de L'article

J. Quillet, Ph.Roulet, L. Wallentin, J.Elliot

Trombinoscope

Hasard des personnalités

Joël Desgrippes

Designer.
Parce qu’il a su passer du design d’un flacon de parfum à celui de la construction d’un groupe reconnu dans le monde entier : d/g.

Le bêtisier du design

Une pluie qui mouille !

De la pluie sur les routes quand il pleut ! Mais où vont-ils chercher tout cela ces designers responsables de la signalétique ? Et peut-être même que c’est une pluie humide, en plus... Allez savoir.