Article publié le 22 juin 2015 dans Marques AddThis Social Bookmark Button

Naming...Made in China !

Un coup de chapeau à Vladimir Djurovic qui a fondé une société de naming comme on dit en français... à Shanghaï en 2005 avec pour marque Labbrand. Aujourd’hui Vladimir Djurovic est à la tête d’une équipe qui compte plus de 50 personnes regroupant une quinzaine de nationalités différentes et plus de 20 langues sont parlées couramment par les équipes. Affichant une forte croissance, Vladimir Djurovic décide de poursuivre l’aventure en ouvrant une agence à Paris. Kadjar de Renault, c’est lui.
Récit...

En Chine de nombreuse sociétés occidentales se choisissent un traduction en caractères mandarins pour leur marque. Il ne s’agit pas d’une simple traduction phonétique, car cela peut amener à des contresens épouvantables, mais de s’en approcher au maximum et d’y trouver un sens particulier pour les consommateurs locaux... en relation avec la nature du produit ! Pas simple.
Ainsi Coca-Cola en mandarin se dit Kekoukele qui peut se traduire par un goût sympa, fun...
D’autres marques comme Cadillac, on fait le choix de traduire en mandarin certes, mais sans cherche un sens évocateur tout en évitant les contresens. Cadillac ainsi se lit Ka di la ke, ce qui ne signifie rien de particulier et par conséquent, apporte une connotation étrangère à la marque !
Cela a donné la même idée à des marques purement chinoises qui s’écrivent donc en mandarin sans évocations de sens. Un moyen de gruger ses concitoyens sur l’origine de sa marque chinoise... Utile dans la mode par exemple...
Selon Vladimir Djurovic fondateur de Labbrand il y a une demande de plus en plus forte pour des marques en caractères latins de la part des entreprises chinoises qui visent le marché chinois certes mais aussi l’exportation... L’exemple de Haier vient à l’esprit.
N’oublions pas aussi les grandes marques françaises qui attaquent les marchés mondiaux... dont le chinois. Ainsi Renault a fait appel a Vladimir pour la création de nom de son nouveau modèle : Kadjar. Bien trouvé !
Vladimir a la réputation de sortir des sentiers battus, de ne rien faire comme les autres et d’avoir une tête en perpétuelle ébullition ! Son origine serbe peut-être ?
Diplômé de l’Ecole Centrale en 2001, il poursuit ses études à Shanghai où il sort diplômé d’un master en Management des Sciences et Techniques de l’Université Jiaotong.

Très vite, il entame sa carrière à la Société Générale à Paris avant de s’envoler pour Shanghai pour les Galeries Lafayette, dont il est le représentant en Chine avant de s’associer avec Adsmith China, société de stratégie et de marketing, développant avec succès une solide offre de services et un riche portefeuille de clients. Sa passion pour le branding, associée à son esprit créatif, une intuition fine des tendances, et la capacité d’élaborer un diagnostic méthodique concernant les problèmes d’image de marque de ses clients font qu’il lance en 2005, sa propre société : Labbrand, avec deux autres collaborateurs. La société est spécialisée dans la réalisation d’études de marché à forte valeur ajoutée, l’élaboration de stratégies innovantes visant à valoriser les marques, et la création originale de noms et de systèmes d’identité visuelle.
Une vrai succès story on vous dit...
Rendez-lui visite ici

Autres articles

Marques

La rubrique du design de marque, de l’identité visuelle, des logotypes. Avec les réflexions sur le vaste sujet du territoire de marque...

Auteur de L'article

Vladimir Djurovic

Trombinoscope

Hasard des personnalités

Steve Jobs

Un patron, cofondateur d’Apple, qui a compris le rôle du design dans l’identité de sa marque. Évident ? Oui, mais si peu courant... Démonstration brillante et gonflée du design en tant que moyen d’expression de l’entreprise.

Le bêtisier du design

Dans une buanderie de Rome

"Mesdames, laissez vos vêtements ici et passez l’après-midi à avoir du bon temps."