Article publié le 16 octobre 2016 dans Design produit AddThis Social Bookmark Button

Saguez : au sujet de Raymond Loewy...

Olivier Saguez nous a confié un texte rédigé dans un avion sur notre père à tous : Raymond Loewy, inventeur du design industriel voire, du design tout court.
Intéressant de voir l’opinion d’un champion du design actuel sur le grand nom du pionnier du design universel.
Où l’on voit que décidément il reste d’actualité.
Petit cours de rattrapage...

cours de rattrapage...

Raymond Loewy a inventé la notion d’esthétique industrielle, c’est à dire " mettre du beau dans l’utile " ; relier l’art et l’industrie. À l’instar de la publicité aux États Unis, il comprit que le travail réclame de la profondeur et donc nécessite un travail d’équipe ; il a le premier crée des véritables agences aux États Unis mais aussi en France ( il a sut créer des véritables équipes , une forme d’école Loewy ).

Design global

Il a premier compris l’importance de travailler une marque et ses produits en global, on peut même dire que c’est l’inventeur du "design global ".
Il avait monté dans ses agences trois départements :
-  le design d’identité graphique,
-  le design produit,
-  le design architecture et le seul à travailler sur des marques en design global en faisant travailler ensemble ses trois départements ( Shell , De Dietrich , Concorde , Coca Cola , Coop , Total, etc.).

Un homme d’équipe

Revenons sur cette notion d’équipe car Loewy n’était pas (comme seront Ora Ito ou Starck) un homme seul.
Un génie sans doute, mais pas seul …
Même si lui ou sa famille ont voulu montrer qu’il l’était.
Loewy était aussi un formidable vendeur, vendeur de lui même et aussi un metteur en scène de lui-même ou de ses idées, toujours influencé par le milieu de la publicité américaine.

La laideur se vend mal…

Il a écrit chez Gallimard tout de même : " la laideur se vend mal " un titre génial qui sonne comme un slogan. C’est l’essentiel car le bouquin ne vaut pas grand chose !!
Il savait mettre en scène ses idées comme pour Concorde où il s’est habillé en cosmonaute le jour de la présentation (cela aurait put être ridicule avec son âge et en plein mois de juillet ) mais il démontra ainsi que pour lui il ne s’agissait pas d’avion mais de l’espace ! Il avait préconisé le « diplôme du franchissement du mur du son » et de l’affichage du Mach 1 dans le Concorde … toujours l’espace !

Son héritage ?
D’abord dans le design global ce qui est un héritage énorme : pour beaucoup d’entreprises il s’agit aujourd’hui encore de définir une cohérence dans son design.
Il parlait lui de "ligne" et moi je dirais de "fil rouge " …
Raymond Loewy est aussi très actuel dans son style ou plutôt avec sa recherche d’une esthétique épurée, sobre, élégante, toujours avec une idée forte ; disons une esthétique intemporelle.
Quels sont les produits, les graphismes qui ont résisté autant au temps ?

Le design créateur de valeur

C’est le premier également à avoir compris, que le design était un créateur de valeurs. L’esthétique aide à différencier un produit une marque, mais aussi à faire vendre " ; à l’heure de l’écologie et de la lutte contre la pollution visuelle ou de l’uniformité du design, sa phrase résonne encore à nos oreilles…
Oui, il est bien le premier a montrer l’utilité du design et a oser parler de sa valeur !
Loewy un vrai vendeur de lui même… mais aussi du design !

Autres articles

Design produit

Du design des formes au design industriel... Sens du design, certes, mais aussi de la matière, de la technique, de la production.

Auteur de L'article

Olivier Saguez

Trombinoscope

Hasard des personnalités

Patrick Le Quément

Longtemps une référence dans le design automobile, de Renault en particulier. Le monde entier le respecte. Avec humilité il apporte la révolution partout où il passe et a formé des centaines de jeunes professionnels.
Le Quément, créateur de créateurs… Aujourd’hui il se consacre avec le même succès au monde du bateau.

Le bêtisier du design

Abreuvoir...

Quand on traite le consommateur avec des packagings et des produits de cette nature, on regrette de ne pas être chien ou chat. Eux sont bien considérés ...