L’art de concevoir

Jean-René Talopp, a su don­ner à son école, Strate Col­lège, une véri­table dimen­sion inter­na­tio­nale recon­nue, spé­cia­le­ment dans le domaine du desi­gn indus­triel. Mais le packa­ging n’est pas oublié !
Ecou­tons le…

Entre la sen­si­bi­li­té des formes et la com­pré­hen­sion des tech­niques de trans­for­ma­tion, entre l’ai­sance dans les moyens d’ex­pres­sion et la maî­trise des outils infor­ma­tiques, le desi­gner navigue aux fron­tières des possibles.

Ces fron­tières sont celles de sa propre connais­sance et de sa com­pé­tence, mais aus­si celles des ingé­nieurs, tech­ni­ciens, socio­logues, mar­ke­teurs, sémio­logues, tous les spé­cia­listes qui com­posent une équipe projet.

Pour tenir son rôle, le desi­gner aura appris l’art de conce­voir, où com­ment conci­lier une spé­ci­fi­ci­té artis­tique dans un uni­vers éco­no­mique et industriel.

Pour nous, for­ma­teurs, il s’a­git donc de lui trans­mettre le savoir, en conju­guant une for­ma­tion artis­tique – par l’ap­pren­tis­sage du des­sin, du volume, de la créa­ti­vi­té – et une culture d’en­tre­prise – c’est-à-dire le tra­vail d’é­quipe, l’in­no­va­tion, la qua­li­té, le mar­ke­ting, la stra­té­gie pro­duit, etc.

Si nous maî­tri­sons l’art d’en­sei­gner ce para­doxe contem­po­rain du « beau manu­fac­tu­ré », à Strate, nous sommes de ceux qui pen­sons que le desi­gner du troi­sième mil­lé­naire par­le­ra recy­clage dans une étude de pro­duc­ti­vi­té, éthique dans une réflexion de stra­té­gie pro­duit, res­pon­sa­bi­li­té dans une com­mis­sion de lancement.

Ça n’est plus seule­ment à ses créa­tions qu’il don­ne­ra du sens, mais à son acte créa­tif tout entier.

Alors, nous lui aurons appris l’art de bien concevoir. 

Jean-René Talopp