Le design à l’École Polytechnique

Admi­rable Desi­gn a ren­con­tré Fré­dé­ric Bre­chen­ma­cher, pré­sident du Dépar­te­ment des Huma­ni­tés et Sciences sociales de l’École Poly­tech­nique, qui nous pré­cise com­ment l’ins­ti­tu­tion intègre le desi­gn dans ses ensei­gne­ments et pratiques.

Fré­dé­ric Bre­chen­ma­cher, com­ment situer votre dépar­te­ment ?
L’École Poly­tech­nique est struc­tu­rée en dépar­te­ments d’enseignement et de recherche. Par­mi tous ces dépar­te­ments, celui dont j’ai la charge englobe l’en­semble du spectre des arts et des sciences sociales, ce qui, au pas­sage, est tout à fait inha­bi­tuel en France dans des écoles d’in­gé­nieurs. C’est dans ce dépar­te­ment que prend place le desi­gn, dans un contexte à forte com­po­sante huma­niste. Il s’agit donc d’éclairer les élèves dans un idéal de pro­grès, et pour cela il est néces­saire d’investiguer tous les métiers dans les­quels cela est possible.

Quelle est votre démarche péda­go­gique ?
Comme je le disais, à la dif­fé­rence de la plu­part des écoles d’ingénieurs et d’universités scien­ti­fiques, l’École Poly­tech­nique donne une grande place aux huma­ni­tés et aux sciences sociales (1/2 jour­née par semaine obli­ga­toire) dans les­quelles les élèves peuvent choi­sir entre sémi­naires et cours magis­traux. Dans ces ensei­gne­ments, le desi­gn se retrouve au niveau des sémi­naires et s’articule avec des ensei­gne­ments pro­po­sés dans les cours. En l’occurrence, ces der­niers portent sur l’architecture, l’ur­ba­nisme et l’his­toire de l’art. Au niveau des sémi­naires, l’on va trou­ver la pra­tique du des­sin, de la sculp­ture et de la gra­vure mais aus­si de l’architecture et de l’urbanisme, de l’infographie et enfin du desi­gn à pro­pre­ment par­ler, comme le desi­gn indus­triel, d’une part, et desi­gn numé­rique (info­gra­phie, etc.), d’autre part. Plus récem­ment, nous avons inté­gré le des­sin d’animation qui nous paraît un moyen tout à fait effi­cace pour assu­rer la trans­mis­sion scien­ti­fique auprès d’un public large, ce qui est l’une de nos mis­sions. Dans ce cas pré­cis, notre démarche consiste à ensei­gner le des­sin comme ins­tru­ment de concep­tion de formes numé­riques au ser­vice de la pen­sée, et en par­ti­cu­lier de la pen­sée scien­ti­fique. Il y a ensuite des ensei­gne­ments pro­po­sés à par­tir de pro­jets indi­vi­duels ou col­lec­tifs et qui peuvent sus­ci­ter des approches trans­ver­sales avec d’autre dépar­te­ments – infor­ma­tique, méca­nique, etc.  – mises en œuvre via des chaires qui font inter­ve­nir des inter­ve­nants exté­rieurs, comme la chaire art et sciences mon­tée avec l’É­cole natio­nale supé­rieure des Arts Déco­ra­tifs-PSL et la Fon­da­tion Daniel et Nina Caras­so ou la chaire science et jeu vidéo mon­tée avec Ubisoft.

Vous sem­blez asso­cier for­te­ment desi­gn et trans­mis­sion du savoir ?
En effet, nous croi­sons enjeux liés au desi­gn et thé­ma­tiques inter­dis­ci­pli­naires comme l’informatique gra­phique, domaine extrê­me­ment impor­tant pour tous les métiers de l’image. Par exemple, cer­tains élèves se sont appuyés sur les col­lec­tions his­to­riques de l’École pour déve­lop­per des pro­jets de desi­gn visant à conce­voir des outils de média­tion au ser­vice de nos fonds – inter­mé­dia­tion gra­phique mais aus­si pro­po­si­tion d’un ren­du numé­rique ou maté­riel, à l’aide d’une impri­mante 3D, qui va per­mettre à un vaste public de s’emparer de nos col­lec­tions. Nous reve­nons là à notre volon­té d’élargir la dif­fu­sion de la connais­sance scien­ti­fique. Nous y avons éga­le­ment asso­cié des pro­blé­ma­tiques de son : spa­tia­li­sa­tion du son ou son 3D que nous pou­vons relier à la thé­ma­tique dont je viens de vous par­ler. Et comme nos élève sont d’un excellent niveau en matière de mathé­ma­tiques, d’informatique ou encore de méca­nique, cela nous per­met d’investiguer cer­tains com­par­ti­ments de la science pour y asso­cier le desi­gn. Enfin, nous uti­li­sons aus­si la méca­nique des fluides pour conce­voir des œuvres d’art, dans une démarche de desi­gner, à des fins péda­go­giques, tou­jours pour sen­si­bi­li­ser le public aux enjeux comme science et socié­té, pol­lu­tion de la pla­nète, chan­ge­ments cli­ma­tiques ou biodiversité.

Quid des élèves qui sou­haitent aller plus avant en matière de desi­gn ?
Pour les élèves qui sou­haitent aller plus loin, nous déve­lop­pons des par­te­na­riats avec des écoles de desi­gn numé­rique ou d’ar­chi­tec­ture où ils peuvent effec­tuer une année de césure. Ain­si, nous avons signé une conven­tion avec Gobe­lins – École de l’i­mage qui accueille trois à quatre élèves entre la 3e et la 4e année qui vont s’intéresser aux jeux vidéo, au ciné­ma d’animation ou direc­te­ment au desi­gn numé­rique. Quand ils reviennent en 4e année, ils se spé­cia­lisent en infor­ma­tique liée à l’image pour ensuite se posi­tion­ner dans ce domaine à titre pro­fes­sion­nel. Nous avons éga­le­ment un accord avec l’école d’architecture ENSA Paris-Val de Seine pour un double diplôme École Poly­tech­nique-DEA. En com­plé­ment de ces deux conven­tions, nous consti­tuons des for­ma­tions hors cata­logue avec des écoles d’art ou de desi­gn en France ou à l’étranger – c’est d’ailleurs l’une des richesses de notre École que de pro­po­ser des tra­jec­toires spé­cia­li­sées en fonc­tion des sou­haits de nos élèves.

Pas de double diplôme ingé­nieur-desi­gner ?
Nous n’avons pas à l’heure actuelle un double diplôme avec une école de desi­gn, même si la ques­tion s’est posée, compte tenu des liens entre desi­gn, concep­tion et démarche scien­ti­fique. Pour le moment, nous avons le sen­ti­ment que les élèves qui se des­tinent au desi­gn ne peuvent le faire chez un par­te­naire unique, compte tenu de la diver­si­té des métiers liés au desi­gn. Nous sommes dans le domaine du sur-mesure et choi­sis­sons la for­ma­tion en fonc­tion des objec­tifs pré­cis de l’élève. 

Qu’en est-il des com­po­santes stra­té­giques et mana­gé­riales du desi­gn ?
Les aspects du desi­gn tels le mana­ge­ment, la stra­té­gie ou le desi­gn thin­king étaient au départ logés au sein de mon dépar­te­ment, mais compte tenu de l’essor de l’entrepreneuriat, ils ont été inté­grés au Dépar­te­ment Mana­ge­ment de l’Innovation et Entre­pre­neu­riat. Cela dit, les ensei­gne­ments sur pro­jets se déve­loppent trans­ver­sa­le­ment à plu­sieurs dépar­te­ments et concernent sou­vent des aspects entre­pre­neu­riaux liés au desi­gn – mana­ge­ment du desi­gn, éva­lua­tion d’un modèle éco­no­mique, mana­ge­ment de pro­jet, ana­lyse de valeur d’usage, etc.

Article pré­cé­dem­ment paru dans le Desi­gn fax 1170