Antoine Tremblot : le design sportif…

Le design sportif existe, Gérard Caron l’a rencontré…en la personne d’Antoine Tremblot président d’une agence qui n’oeuvre que pour le sport, rien que le sport.
On sait tous que le sport est devenu professionnel donc consommateur de marques, de sponsors mais avait-on réalisé qu’il était demandeur d’un design spécifique ? Nous non, mais Antoine si. Rencontre…

GC : Pourquoi le sport, quelle est l’origine de l’idée ? !

doc-587.jpgAT : Il y a de plus en plus d’annonceurs , donc de marques et d’identités visuelles qui utilisent ce média qu’est le sport. Or, les techniques de reproduction, le mouvement, la vitesse, la polysponsorisation sont autant de paramètres qui modifient et dénaturent la lisibilité et la reconnaissance de la marque. Les chartes graphiques traditionnelles ne répondent que très partiellement à ces besoins.
D’où la vocation de l’agence Leroy Tremblot.

GC : Ton agence, crée en 1984, est encore modeste puisqu’elle se compose de 6 collaborateurs permanents. J’imagine donc que sa vocation sportive est récente.

AT : En effet, mais on ne s’improvise pas « sport designer » sur un coup de tête. Il faut d’abord bien connaître les règles du design traditionnel pour répondre aux besoins très particuliers du sport !

Pour résumer, je dirais que nous offrons aujourd’hui trois types de prestations :

 1 – la création d’outils pour la communication des marques dans le monde sportif : bandeau de stades, tenues des sportifs, décoration du matériel, etc

 2 – la création des dispositifs et matériels destinés aux événements sportifs

 3 – la conception de produits dérivés dont le sport est grand consommateur.

GC : N’est-ce pas un crime de lèse-majesté que de retravailler un logotype derrière son géniteur ! ?

AT : On peut présenter cela comme ça, mais la vérité est que nous respectons la vocation d’un logotype qui est de faire qu’une marque soit spontanément identifiée et reconnue quels que soient les conditions de l’environnement, n’est-ce pas ?
Or, dans l’univers du sport une marque est mise à mal en permanence : espace, matériaux, conditions de perception, vitesse, multiplicité des logos etc, sont à prendre en compte pour que les valeurs même de la marque soient respectées.
Cela peut aller de l’optimisation de la lisibilité jusqu’à la création de logotypes spécifiques.
Mis en situation d’exploitation le public ne voit aucun décalage avec l’identité visuelle qu’il connaît par ailleurs.
C’est cela notre challenge permanent ! Et ça aussi c’est du sport…