Design et évolution de l’habitat

Le desi­gn du mobi­lier est un sec­teur clé de notre acti­vi­té en géné­ral. Faut-il rap­pe­ler qu’en France desi­gn a long­temps rimé avec déco­ra­tion inté­rieure ? A tel point que l’on parle encore d’un fau­teuil ou d’une table design…Gérard Lai­zé, direc­teur géné­ral du V.I.A. (Valo­ri­sa­tion de l’in­no­va­tion dans l’a­meu­ble­ment) nous livre ses réflexions sur l’é­vo­lu­tion de l’ha­bi­tat et donc, du design…

Une cel­lule fami­liale encombrée…

doc-307.jpgL’ha­bi­tat a depuis l’o­ri­gine de l’homme évo­lué en fonc­tion des moeurs des popu­la­tions selon leurs rites et coutumes.

Aujourd’­hui comme hier, on peut de la même manière per­ce­voir ces influences. Tou­te­fois les adap­ta­tions qu’elles devraient imman­qua­ble­ment pro­vo­quer en terme de répar­ti­tion des pièces et de leur attri­bu­tion, se heurtent à des résis­tances qui en dif­fèrent l’application.

 La salle de séjour sera occu­pée par un plus grand nombre de per­sonnes et plus long­temps. Elle devient un car­re­four accueillant plu­sieurs générations.
S’il y a table, elle est exten­sible. Par leur modu­la­ri­té, les sièges et la confi­gu­ra­tion de leur implan­ta­tion doivent per­mettre une assise concen­trique et excen­trique car l’ac­ti­vi­té peut être col­lec­tive ou indi­vi­duelle, sans par­ler des posi­tions choi­sies : calé, vau­tré, allon­gé, etc.

 la chambre des parents prend une nou­velle dimen­sion : bou­doir pri­vé du couple, mais aus­si de détente, de réflexion ; on peut y lire, y dis­cu­ter, prendre un repas. On voit appa­raître chauf­feuse, méri­dienne, fau­teuil relax, bureau, éta­gères, petite table, chaise, etc.
doc-308.jpg

 Le stu­dio de l” « adu­les­cent » : le lit pour junior est tro­qué pour une ban­quette ou une plate forme. Auto­nome, l’a­du­les­cent dis­pose de ses propres équi­pe­ments : micro, chaîne hi-fi, tv, …

 La cui­sine . Aujourd’­hui, sous le double effet de l’es­thé­ti­sa­tion desus­ten­ciles de pré­pa­ra­tion et l’a­mé­lio­ra­tion des méthodes de pré­pa­ra­tion, res­ter dans sa cui­sine n’est plus une cor­vée mais un choix. Cui­si­ner est deve­nu une acti­vi­té valo­ri­sante, pres­qu’un art. L’offre des plats tout pré­pa­rés ne cesse de s’en­ri­chir au niveau des saveurs et des condi­tion­ne­ments répon­dant aux modes, aux rythmes et aux horaires ali­men­taires de chacun.

Sur la base de ces acquis, les pro­grès atten­dus concernent l’op­ti­mi­sa­tion du sto­ckage en tenant compte de la forme des nou­veaux concepts ali­men­taires, de leur mode de conser­va­tion et…de la réduc­tion du nombre d’us­ten­siles néces­saires à leur pré­pa­ra­tion liée à l’u­sage de nou­veaux appa­reils ména­gers tels que les micro-ondes.

  La salle de bain . L’a­mé­na­ge­ment mobi­lier de cette pièce fut d’a­bord lar­ge­ment décli­né de la cui­sine. Mais au cours des deux der­nières décen­nies ont a consta­té un inté­rêt crois­sant pour la san­té du corps, le bien-être. La salle de bain devient de plus en plus une salle de soins dans laquelle on se revi­ta­lise. Les nou­velles acti­vi­tés pra­ti­quées dan,s cette pièce et le temps sup­plé­men­taire que l’on y consacre vont influen­cer son orga­ni­sa­tion spa­tiale et la confi­gu­ra­tion fonc­tion­nelle de cer­tains équi­pe­ments : le plan de maquillage à hau­teur d’as­sise, la douche à jet toni­fiant, les bai­gnoires à remous, des équi­pe­ments de balnéothérapie…

doc-309.jpg- Les jar­dins et bal­cons sont trai­tés de plus en plus comme des pièces à vivre. On y convie, on s’y détend seul, en famille ou entre amis et…on le fait entrer dans la mai­son : véran­das, détour­ne­ment des pro­duits, jar­dins, ter­rasses aménagées, …