Bilan 2005.Tendances 2006…

Nico­las Cho­mette dresse un bilan du desi­gn et des marques pour l’an­née 2005.
Sa vision pour 2006 est celle d’un monde binaire.

Pour­quoi pas, c’est une façon ori­gi­nale de voir l’é­vo­lu­tion du marché…

Vrai, faux ? Réponse très bientôt !

Admirable_design_Sablier-.jpg Que rete­nir de 2005 ?

Du low-cost et des créa­teurs : le nou­vel état du mar­ke­ting. A une extré­mi­té, du pas cher, du basique, du banal. A l’autre, du cher, du créa­tif, du rare. Le milieu de gamme vit ses der­niers jours. Adieu mar­ché en pyra­mide, bon­jour mar­ché en sablier. Un peu comme si les consom­ma­teurs étaient désor­mais pro­gram­més en mode binaire, arbi­trant en per­ma­nence entre leurs besoins et leurs envies.

Trans­for­mer les besoins en envies chan­tait Bala­voine, il y a vingt ans… C’est main­te­nant aux marques de s’y col­ler si elles ne veulent pas res­ter blo­quées au rez-de-chaus­sée du marché. 

Pour y par­ve­nir, place à l’i­ma­gi­na­tion : déran­ger les règles du jeu du mar­ché, bous­cu­ler les à prio­ri sur leur compte, sur­prendre en étant là où elles ne sont pas atten­dues, pro­po­ser des expé­riences inédites à leurs consom­ma­teurs, leur per­mettre de co-pro­duire le pro­duit qu’ils consom­me­ront, leur envoyer des signes de reconnaissance… 

C’est dans la rela­tion marques-consom­ma­teurs que tout est à inven­ter, là que naî­tra le sen­ti­ment de proxi­mi­té et la conni­vence indis­pen­sables pour sus­ci­ter la pré­fé­rence et l’attachement. 

Inno­ver, ce n’est pas seule­ment inven­ter de nou­veaux pro­duits, c’est aus­si ima­gi­ner de nou­veaux signes por­teurs de nou­veaux modes rela­tion­nels. Vive­ment 2006.