Vincent Créance

Vincent Créance est le nou­veau pré­sident de l’a­gence Mbd Desi­gn (der­nière créa­tion : Tgv avec Chris­tian Lacroix). Son par­cours n’est pas banal : venu d’une agence, Plan Créa­tif, il dirige le dépar­te­ment de desi­gn et de com­mu­ni­ca­tion d’Al­ca­tel… avant de reve­nir en agence. Original.

Il était ten­tant, pour mieux le connaître, de lui deman­der son « best of« du desi­gn. Pas­sion­nant et original.

A lire.

Pen­sé, réflé­chi, le best of de Vincent Créance a ceci de par­ti­cu­lier qu’il ne pré­sente aucune créa­tion de desi­gner ! Mais quelle sélec­tion ! Les com­men­taires per­ti­nents de Vincent tra­duisent une recherche per­ma­nente de l’es­sen­tiel et de l’humilité.

En creu­sant bien , on pour­rait y trou­ver une approche tein­tée de spiritualité…


_admirable_design_cyclone_m.jpg

Moto Cyclone

Un moteur, deux roues, une réserve d’es­sence, un gui­don. Il n’en fal­lait pas plus en 1914 pour une moto de com­pé­ti­tion. Pas grand-chose, mais dia­ble­ment bien orga­ni­sé, un équi­libre qua­si par­fait, un sou­ci du détail éton­nant, rien de super­flu, et pour­tant, pas l’ombre d’un desi­gner à cette époque…

_admirable_design_Bic.jpg

Sty­lo Cris­tal Bic

J’aime ce petit objet sans pré­ten­tion, pro­ba­ble­ment conçu à 100 lieues de grande ambi­tion desi­gn, très vite entou­ré de cen­taines de concur­rents, mais qui tra­verse vaillam­ment les décen­nies, ignore les modes, et conti­nue de gar­der sa modes­tie ini­tiale alors qu’il est deve­nu un emblème de l’é­cri­ture dans le monde. Et en plus, si on regarde bien, il n’est pas si ter­rible… Si seule­ment quel­qu’un pou­vait connaître la recette !

_admirable_design_Jardin-ja.jpg

Jar­din Japonais
Pas un arbre plan­té au hasard, pas une taille soi­gneu­se­ment pen­sée, pas une pierre dis­po­sée natu­rel­le­ment. Une réa­li­sa­tion entiè­re­ment humaine, arti­fi­cielle, pour recréer un espace de nature qui en devient subli­mée. Le contre-pied total de Le Nôtre, alors que la nature y est lar­ge­ment autant contrôlée.

_admirable_design_aram-kata.jpg

Kata­na
Les armes sont presque tou­jours très belles. Elles ne me fas­cinent pas par­ti­cu­liè­re­ment, mais je trouve étrange que leur beau­té ne soit pas anéan­ties par la somme d’hor­reur quelles repré­sentent. Un sabre, ça tranche, ça tue, et pas spé­cia­le­ment pro­pre­ment. Pour­tant, quel niveau de maî­trise esthé­tique et fonc­tion­nelle, pro­ba­ble­ment por­té à son apo­gée dans l’art du sabre japo­nais. L’homme est déci­dem­ment bien complexe.

_admirable_design_Brancusi-.jpg

Bran­cu­si
Mais com­ment peut-on avoir une telle maî­trise de la ligne, de la forme ? Je reste à chaque fois confon­du devant tant d’é­vi­dence. Il n’y a qua­si­ment rien, mais tout est là. Nous sommes dans la beau­té pure, inex­pli­cable et mys­té­rieuse, mais incontournable.

_admirable_design_Circuit-i.jpg

Cir­cuit intégré
C’est invi­sible, insoup­çon­nable de l’ex­té­rieur, et le micro­scope révèle sou­dai­ne­ment le génie humain dans toute sa splen­deur. Sommes nous dans l’art, dans la science ? D’où vient ce sen­ti­ment d’é­trange beauté ?

_admirable_design_Ampoule.jpg

Ampoule élec­trique
La magie pro­duite pour la 1ère fois en 1879 ne s’est tou­jours pas éteinte. On ne peut pas faire plus simple ni plus banal aujourd’­hui, mais c’est tou­jours autant mer­veilleux… Y com­pris le voca­bu­laire : la « fée » élec­tri­ci­té… Et com­ment sym­bo­lise t’on par­tout dans le monde quel­qu’un qui a une idée ou qui trouve quelque chose ? Par une petite ampoule bien sûr…

_admirable_design_Concorde.jpg

Concorde
Une archi­tec­ture et des lignes direc­te­ment dic­tées par les lois de la phy­sique, pour un résul­tat encore plus fluide que l’air dans lequel il se meut. Une fois de plus, pas l’ombre d’un desi­gner dans cette réa­li­sa­tion, et d’ailleurs, qu’au­rait-il bien pu apporter ?

_admirable_design_Da-Vinci.jpg

Léo­nard de Vinci
Je n’ose pas ima­gi­ner quel desi­gner il aurait été s’il était né aujourd’­hui… Je crains fort que les plus grands d’entre nous auraient vu leurs étoiles pâlir !
Et quel visage !

_admirable_design_Eiffel-2.jpg

Tour Eif­fel
Com­ment peut-on rendre si léger et aérien une telle quan­ti­té de fer­raille ? Com­ment un ingé­nieur peut-il autant soi­gner une construc­tion pré­vue pour être éphé­mère ? Le seul monu­ment dont Paris ne se remet­trait pas s’il venait à dis­pa­raître. Et pour­tant, il y a de la concurrence !