Les mauvaises ondes de Clarins…

La marque culpabilisante, vous connaissez ?

Après avoir lu le dernier papier de Nicolas Chomette vous apprendrez à vous méfier de certaines marques qui agissent sur le terrain de l’invisible. Brrr ! 

admirable_design_clarins.jpg

On connaissait la cosméto gourmande (nourrir sa peau avec une crème ou un yaourt onctueux), la cosméto ludique (prendre soin de soi sans se prendre au sérieux), la cosméto médicale (les beauty doctors, leurs blouses blanches et leurs potions magiques), voici désormais la cosméto technologique.

Premier arrivé sur ce nouveau “créneau” (crédo ?) : Clarins avec Expertise 3, un spray qui fait écran contre les effets des ondes électromagnétiques. Il suffisait d’y penser. 

On se savait menacés par la pollution et toutes sortes de dérégulations climatiques, on avait sous-estimé le pouvoir maléfique des ondes. A en croire la “recherche Clarins”, il y aurait donc un lien entre l’accélération du vieillissement de la peau et “l’exposition aux ondes électromagnétiques artificielles produites par les équipements nécessaires à la transmission des sons et des images”.

Quelques heures d’exposition par jour suffiraient même pour provoquer une modification notable de la fonction barrière naturelle de notre peau. Fichtre. Voilà de quoi inquiéter ceux qui s’imaginaient tout puissants au royaume du tout technologique.

Si certains ne manqueront pas de louer, ici, l’intelligence marketing de la maison Clarins et sa capacité à s’emparer de la toujours très efficace idéologie de l’invisible menaçant, d’autres noteront au passage la progression de l’idée de la responsabilité individuelle. Si notre peau et notre planète sont menacées, n’est-ce pas d’abord à cause de nos comportements et de notre soif d’en vouloir toujours plus ? 

Après la marque coupable, voici poindre la marque culpabilisante.