Coulisses d’agence : ah ! le stress du design !

Lec­ture d’é­té par jean-jacques Evrard (Penta­wards) : et si l’on par­lait du stress, de la pres­sion au tra­vail ? Il n’y a pas que dans les agences de desi­gn qu’on connaît ce fac­teur destructeur ?

Ah bon ?…

admirable_design_van_gogh.jpg

Enfin le repos…

- Fran­çoise, je suis cre­vé, tout à fait crevé.

- C’est comme moi. Ce qui me tue, c’est le télé­phone, les rap­ports à faire tous les mois, les réunions, les pré­vi­sions, les tableaux de bord et les discussions.

- Oui, le télé­phone, les rap­ports men­suels et se lever le matin.

- Oui, se lever le matin, le télé­phone, le stress et ces nou­veaux fau­teuils trop durs.

- Je n’en parle à per­sonne, mais j’ai mal au dos depuis des semaines. Ma femme dit que c’est peut-être le parkinson !

- C’est nor­mal, c’est psy­cho­so­ma­tique, ton corps n’en peut plus.

- Hier encore j’é­tais pas chez moi avant cinq heures et quart. Le temps d’al­lu­mer la télé et c’est l’heure d’al­ler dormir.

- T’as de la chance, moi je suis rare­ment chez moi avant cinq heures et demie.

- Quel sens ça a de vivre comme ça ?

- On devrait chan­ger de métier, trou­ver un bou­lot plus inté­res­sant, moins stres­sant, mieux payé.

- Oui, ouvrir un maga­sin de mate­las ou un club de vacances.

- Non, un tra­vail plus artis­tique, un bou­lot qui vous libère.

- C’est vrai, ça fait trente ans qu’on tra­vaille à La Poste dans un stress pas possible.

- Et si, pour se repo­ser, on essayait d’en­trer dans le design ?

La concierge de mon beau frère connaît quel­qu’un haut pla­cé chez Desi­gn Bridge !