Designer, drôle de métier…

Pas tou­jours facile d’ex­pli­quer le métier de desi­gner à ses proches.

Jean-Jacques Evrard (Penta­wards) nous fait par, avec son humour belge habi­tuel, de son expérience.

A moins que ce ne soit que du roman…

admirable_design_Mercenaire-2.jpg

C’est quoi au juste ton métier ?

Dis oncle Jean Jacques, tu fais quoi aujourd’­hui sur ton ordi ? 

Je rédige une pro­po­si­tion de col­la­bo­ra­tion, Elise. C’est un docu­ment très com­plet que l’on remet aux clients qui sou­haitent tra­vailler avec notre agence.

Et hier soir, tu tra­vaillais encore quand je me suis endormie. 

Oui, tu sais on orga­nise bien­tôt les 30 années d’exis­tence du groupe et j’a­vais des textes à écrire pour les journalistes.

Mais tout cet été je t’ai tou­jours vu occu­pé devant ton écran. 

Tu vois Elise, j’ai beau­coup de cour­rier à faire, et des cal­culs de prix et aus­si des rap­ports men­suels, des tableaux de bord, des pipe­lines et des esti­ma­tions, et des devis, et des demandes de ren­sei­gne­ments tech­niques, tu sais, mille et mille choses à envoyer par courriels.

Et demain, tu devras aus­si tra­vailler tard ?

Demain, c’est plus grave encore, je dois envoyer mon der­nier « Stop ou Encore » à Admi­rable Design…

C’est quoi ça ? Tu tra­vailles à Rtl maintenant ?

Non Elise, c’est un texte d’hu­meur que j’en­voie pour un site inter­net consa­cré au desi­gn et à des amis sur ce que je pense de notre métier, que ce qui me touche, ce qui m’interpelle.

Et même que c’est très atten­du de tous ceux qui vont régu­liè­re­ment sur ce site for­mi­dable, c’est très très très impor­tant, tu sais.

Mais oncle Jean Jacques, maman m’a dit que tu as fait des études de desi­gn et tout cet été, chaque fois que je suis venue le week-end chez toi et tante Bri­gitte, je ne t’ai jamais vu dessiner.

Alors que tu as un Macin­tosh der­nier cri que toutes mes copines disent que c’est une super machine pour des­si­ner ! C’est quoi au juste ton métier ?


Ecoute Élise, va jouer en bas, j’ai encore une lettre impor­tante à écrire. Je t’ex­pli­que­rai plus tard…