Trouver un nom de marque…

Un réflexion sur la recherche de marque par Cyril Gaillard, le patron Bene­fik dont le métier est la recherche des marques…

Il parle donc d’expérience !

Trou­ver un bon nom de marque, c’est comme cher­cher une aiguille dans une meute de chiens. Il suf­fit de peu pour qu’un assem­blage de lettres à peine modi­fié change admirable_design_marques-5.jpg
tota­le­ment la per­cep­tion de l’en­semble. Contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait pen­ser d’or­di­naire, c’est un tra­vail pour lequel la somme des contraintes est un atout plus qu’un handicap.

Qu’elles soient d’ordre juri­dique, stra­té­gique ou lin­guis­tique, les contraintes per­mettent de cana­li­ser le tor­rent des idées. 

Quand un client nous demande un nom qui com­mence par la lettre « D » et se ter­mine par la lettre « A », le champ des pos­sibles se réduit, il est alors plus simple de trou­ver la solution.

Que seraient les poètes sans les règles de la ver­si­fi­ca­tion ? L’es­prit humain est ain­si fait qu’il s’o­blige à res­pec­ter des règles, les règles de l’art dit-on, pour se dépas­ser, sans limites rien de sublime. 

D’au­tant que les lettres sont en nombre limité.

26 dans notre alpha­bet, pas une de plus. Le créa­teur de noms, plu­tôt le cher­cheur en noms de marque s’ap­pa­rente au musi­cien qui tente chaque fois d’in­ven­ter une mélo­die plus har­mo­nieuse ou dis­so­nante, une com­bi­nai­son qui marque les esprits.