Symboles fragiles…

Admi­rable Desi­gn fait une petite incur­sion dans l’art…pour avoir remar­qué, en avant-pre­mière- une expo­si­tion qui pour­rait être du domaine de la sym­bo­lique des marques et des pays.

« Fins d’his­toires » tel est le titre de cette mani­fes­ta­tion où Masayo­shi illustre à sa façon, les chan­ge­ments de lea­der­ships qui s’o­pèrent en ce début de siècle.

Cap­ti­vant.

admirable_design_Drapeau_Masayoshi.jpg

Masayo­shi, artiste japo­nais qui vit en France, expose à Paris à par­tir de jeu­di 11octobre, une suite de créa­tions qui nous interpelle.

On y trouve le dra­peau amé­ri­cain, le logo Shell, celui de Mc Donald’s, etc. trai­tés sur un cane­vas chi­fon­né enve­lop­pé d’un vul­gaire plas­tique, le tout scot­ché de ruban adhé­sif « fragile » !

 Le résul­tat est puis­sant et nous prouve deux choses, s’il en était besoin :

Les sym­boles de marques ou de com­mu­nau­tés sont à eux seuls un résu­mé de l’his­toire qu’elle soit com­mer­ciale ou non.En une image tout est dit.

L’ar­tiste est celui qui d’une vision ful­gu­rante est capable de nous faire com­prendre cete his­toire ou ce qu’elle est en passe de devenir.

Le rêve amé­ri­cain et son mode capi­ta­lis­tique semblent bien­mal en point. Mais libre à cha­cun d’in­ter­pré­ter ces sym­boles triturés.

« En met­tant, en dra­pé chao­tique, la banière étoi­lée, au point d’en frois­ser l’or­gueil, Masayo­shi ins­crit désor­mais son tra­vail dans la contes­ta­tion créa­tive de « la fin de l” his­toire », tel qu’elle a été décré­tée par les géants aux pieds d’ar­gile, ins­pi­rés eux aus­si par un Japonais. »

Masayo­shi ne renie pas les leçons de son pas­sé de designer !

gale­rie iti­ner­rance