Coordinateur des nouvelles communications : un nouveau métier ?

61 % des internautes consultent un site avant d’acheter en magasins !

Il faut donc concevoir les points de vente autrement, non ? Et les autres outils de com également, non ?

D’ailleurs pourquoi avoir des langages différents sur ces multiples supports quand le consommateur est le même ?

Raymond, c’est le nom rigolo qu’a donné Saguez and Partners à un nouveau service qui se propose de répondre à ces questions.

Exceptionnellement, voici quelques extraits de presse sélectionnés par Admirable Design… Parce que l’idée est originale et qu’elle répond à une demande encore peu identifiée.

admirable_design_mac.jpg

Les nouvelles technologies
déclenchent la seconde
révolution du commerce et
annoncent une nouvelle ère…

Le commerce, base de l’échange et “plus vieux métier du monde”, connut sa
première révolution au 19ème siècle avec
l’apparition de la Vente Par
Correspondance. Aujourd’hui, la
deuxième révolution est en marche,
déclenchée par les nouvelles
technologies.

Cette
multiplication de canaux bouleverse en
profondeur le comportement d’achat des
consommateurs qui ont désormais le
choix de leur mode d’achat, en disposant
d’une variété infinie de portes d’entrée
vers une enseigne et son offre.
Cette révolution, déclarée par les
nouvelles technologies, doit créer une
interactivité entre e‑commerce et « rue du
commerce », pour proposer au client
une nouvelle expérience globale de la
marque en termes de service et
d’accessibilité.
Or peu de marques utilisent aujourd’hui le
réel potentiel de chacun des canaux.

Trop d’entre elles se contentent encore
de dupliquer à l’identique un concept
magasin sur Internet, alors qu’il faudrait
s’en inspirer pour exploiter au mieux son
potentiel en termes de fonctionnalité,
d’animation, de présentation, etc.

Trop d’entre elles se contentent encore
de mettre, dans ses points de vente, des
écrans plats ou des bornes interactives
dont le contenu est sans intérêt. Ces
expériences coûteuses restent
anecdotiques et n’apportent aucune
valeur ajoutée au consommateur.

Enfin, trop d’entre elles considèrent
séparément chacun de ses canaux. Il en
résulte une très forte disparité de la
marque, tant en termes d’identité de
marque, que de présentation d’offre.
admirable_design_internet.jpg

Pourquoi distinguer
l’internaute et le shopper,
alors qu’il s’agit de la même
personne ?


La plupart des marques s’adresse au
consommateur, soit en tant qu’internaute,
soit en tant que shopper. Pourtant, le
consommateur d’aujourd’hui est bien à la
fois internaute et shopper. Une étude
récente révèle que 61 % des internautes
consultent un site avant d’acheter en
magasin, et que 41 % des internautes se
rendent dans un magasin avant d’acheter
sur un site .

Pourquoi alors persister à lui parler un
langage différent selon le canal où il se
trouve ?
Bruno Auret et Timothée Jonglez

SeamLess

Aujourd’hui, Raymond Interactive lance le
concept SeamLess ( sans couture ) qui
fera cohabiter les différents canaux entre
eux, et créera synergies et cohérence
entre tous les supports, afin de ne pas
perdre le consommateur dans la
multiplication de ces canaux.

Raymond Interactive apporte des
solutions en termes de stratégie
multicanal, de conseil et de création de
sites e‑commerce, et autres solutions de
nouvelles technologies dans les points de
vente : bornes interactives, écrans
tactiles, PDA & mobiles, façades LED,
signalétique interactive, … qui
optimiseront et simplifieront la relation
client.

Raymond Interactive réconciliera monde
réel et monde virtuel, trop souvent
approchés comme deux mondes à part,
et perçus en interne comme concurrents
l’un de l’autre.