Design de ménage…

Nico­las Cho­mette nous démontre que les bonnes idées sont sou­vent affaire de bon sens.
Veut-on vendre des pro­duits d’en­tre­tien éco­lo­giques ? Les pro­fes­sion­nels existent, ils suf­fit de s’a­dres­ser à eux. Les femmes et hommes de ménage…
Simple, non ?

_
admirable_design_balai.jpg

Professionnalisme…

Pour sen­si­bi­li­ser les femmes de ménage aux gestes verts, Mono­prix a récem­ment lan­cé l’o­pé­ra­tion Ménage vert en par­te­na­riat avec l’A­ca­dé­mie de la pro­pre­té ( !), orga­nisme de for­ma­tion spé­cia­li­sé en entre­tien ména­ger, et l’A­gence natio­nale des ser­vices à la per­sonne. L’ob­jec­tif est de for­mer 500 hommes et femmes de ménage en Ile de France aux gestes durables et aux pro­duits doux pour l’en­vi­ron­ne­ment. 50 ses­sions de for­ma­tion d’une jour­née sont pré­vues au cours de l’an­née 2008…toutes menées avec des pro­duits de la gamme Mono­prix Vert éla­bo­rés à par­tir de matières renou­ve­lables d’o­ri­gine végétale…

S’a­dres­ser aux femmes de ménage pour leur par­ler de pro­duits bio­dé­gra­dables, voi­là une idée aus­si ori­gi­nale que per­ti­nente. D’a­bord, parce que les femmes de ménage ne sont pas que des uti­li­sa­trices de pro­duits ména­gers ; elles sont aus­si, bien sou­vent, pres­crip­trices. Il n’y a pas que les enfants qui sont pres­crip­teurs dans le mar­ke­ting… Ensuite, parce qu’à force d’é­vo­quer les ori­gines des pro­duits, la manière dont ils sont pro­duits et leurs ingré­dients, on finit un peu par oublier leur des­ti­na­tion et la manière de s’en servir.
Monoprix n'y a pas pensé...

Avec ces for­ma­tions, Mono­prix ne pro­pose pas qu’un retour aux fon­da­men­taux (le geste et l’u­sage), elle vient aus­si nous signi­fier qu’il n’y a plus de gestes simples car tout ce qui, hier, se fai­sait spon­ta­né­ment tend désor­mais à se pro­fes­sion­na­li­ser et à deve­nir un sujet d’expertise.

Après le « consom’ex­pert », place à l’u­ti­li­sa­teur expert.