Choisir son école de design …

Cet article est plus particulièrement destiné à nos jeunes visiteurs qui s’interrogent sur la démarche à suivre pour « entrer dans le design ». Nous avons demandé à Cistron de mener son enquête.

Adesign

Quel design ?
Cet article est plus particulièrement destiné à nos jeunes visiteurs qui s’interrogent sur la démarche à suivre pour « entrer dans le design ». Nous avons demandé à Cistron de mener son enquête.

Adesign

doc-738.jpg
Le design est un vocable qui regroupe plusieurs réalités qui mènent à plusieurs formations, plusieurs types d’embauches et donc plusieurs carrières. Certains ont une prévocation qui les oriente tout de suite vers le design automobile ou le design graphique, le design de décoration, etc. pour eux c’est simple. Les écoles ont des renommées qui, à tord ou a raison, les spécialisent dans un de ces domaines.

Pour les autres, les plus nombreux, une école généraliste du design leur permettra en cours de chemin de découvrir leur affinités avec notre métier.

Certaines écoles sont internationales ou ont des liens avec des réseaux internationaux. Elles sont à privilégier sans hésitation, car elles apportent une ouverture sur les marchés internationaux qui sera cruciale dans la carrière de l’élève. Et des cours sont donnés en anglais, ce qui constitue aujourd’hui un must.

Passe ton bac d’abord …

Le bac est indispensable et détermine la durée des études. En général, un candidat bachelier suivra un cursus de cinq années (quatre dans certaines écoles), alors que celui qui possède un BTS, un DUT, niveau bac + 2, dans des domaines compatibles avec le design (mécanique, plasturgie, génie technique, création technique…) , suivra le cursus de 3 années. Ceci concerne en général le design produit. Celui qui se destine au design graphique (packaging, édition, logotype, …) aura le choix avec l’autre filière que constitue les écoles d’art. Le design est dans ce cas souvent considéré comme une option et le diplôme s’obtient en cinq ans.

Pas pour les glandeurs !

Est passé le temps où le créateur était celui qui avait échoué partout ailleurs. Le design étant aujourd’hui reconnu comme une arme essentiel dans le succès commercial, on demande aux futurs designers d’être bosseurs, curieux de tout, bilingues, et d’avoir de la culture sans oublier un intérêt marqué pour le marketing. Et avec ça, qu’est-ce qu’on vous sert ?

Ajoutons aussi que la sélection à l’entrée des écoles est souvent impitoyable. Plus l’école est renommée, plus le nombre de candidats est élevé, logique. 400 candidats ici pour 30 places, 300 candidats là pour 50 places ou 1500 dossiers pour 120 places. Vous voyez le niveau ! ? Vous avez intérêt à préparer sérieusement votre book et à aiguiser vos motivations. La politique du nez en l’air et du talent inné, comporte de nombreux risques d’échec !

Ecoles publiques ou privées ? Paris, province ou l’étranger ?
Les écarts entre ces distinctions s’estompent progressivement au niveau des formations. Sur le plan budgétaire il en est autrement : les écoles privées sont, logiquement, plus coûteuses de 4 500 à 6 OOO euros par année.

La province offre des établissements autant renommés que certains établissements de Paris. Et dans de nombreuses écoles des échanges sont prévus avec des partenaires étrangers, quand les cours en France ne sont pas eux-mêmes dispensés totalement ou partiellement en français !
Certes de grandes écoles étrangères ont une cote d’enfer dans la profession, mais il faut être prêt à mettre au portefeuille. Ce n’est pas donné à tous les futurs designers …

Endosser l’imperméable de l’inspecteur Columbo

Ce qui déterminera le choix d’un candidat ne pourra donc pas se satisfaire de ces critères simplistes Paris contre province, privé contre publique. Cela signifie qu’il devra se transformer en inspecteur Columbo pour trouver la meilleure école ! Ou plus exactement celle qui correspond à son profil. Pour cela :

- rien de mieux que les journées portes ouvertes organisées par ces écoles,

- visiter les sites internet (hélas souvent de qualité moyenne, mais au moins les programmes y sont !),

- poser des questions aux professionnels pour obtenir quelques opinions sur la notoriété et l’image de l’école (ce qui se révélera primordial au moment des embauches….),

- essayer de prendre contact avec d” anciens élèves,

- s’informer en détail des échanges et cursus étrangers, critère déterminant pour l’avenir du jeune candidat d’aujourd’hui.

Designer ? Marketer ? Ingénieur ?

Pour finir, te connais-tu toi-même ? Il ne s’agit pas ici d’une question philosophique fondamentale, mais d’un constat : nombreux sont ceux qui croient avoir une vocation de designer mais qui se sentent attirer par le « commercial » ou par l’aspect ingénierie du métier.
Soyons clair : un bon designer doit avoir ces qualités réunies en un seul homme. Lisez les articles dans la rubrique « métiers » d’Admirable Design, et vous comprendrez.

Ceci étant dit, au niveau des formations universitaires les voies se séparent. On peut trouver des écoles d’ingénieurs qui forment au design, ou des écoles de design qui donnent des cours de marketing (ce qui devrait être la règle). Mais la démarcation entre ces trois professions existent bel et bien. Alors un peu d’introspection avant de choisir son école.

« Qui suis-je ? » et « qu’est-ce que j’ai envie de devenir ? ». Il n’y a que vous qui puissiez répondre.

Cistron