Faire confiance à de jeunes designers ? Hum…

Nous avons déjà publié dans Admi­rable Desi­gn deux articles concer­nant notre
par­cours de jeunes créa­teurs d’une agence
de desi­gn : les articles s’in­ti­tu­laient : « du desi­gner chô­meur au design
entre­pre­neur » et « du desi­gner entre­pre­neur au desi­gner… « réaliste »
Aujourd’­hui, nous avons écrit la suite de ce par­cours… Celle du pros­pect qui dit…

admirable_design_vendeur.jpg

Oui… mais non.

Ima­gi­nez un monde où le client peut tout essayer, tes­ter et consom­mer avant d’a­che­ter. Plus concrè­te­ment, ima­gi­nez que vous fas­siez vos courses et que, tout en arpen­tant les allées, vous puis­siez goû­ter à tous les pro­duits… sans for­cé­ment ache­ter ! Bref, un monde où le consom­ma­teur est vrai­ment libre ! 

Vous vous deman­dez cer­tai­ne­ment pour­quoi nous racon­tons tout ça ? Et bien, parce que nous ne voyons pas vrai­ment de grande dif­fé­rence avec un desi­gner qui tente de vendre ses services ! 

Expli­ca­tions : après deux ans d’ex­pé­rience, nous devons tou­jours pros­pec­ter et trou­ver de nou­veaux clients afin de péren­ni­ser notre agence de desi­gn. Même aujourd’­hui, avoir son pre­mier ren­dez-vous avec un nou­veau client est tou­jours une petite vic­toire : lors d’un entre­tien, nous pré­sen­tons nos créa­tions, l’é­ten­due de nos appli­ca­tions et nos dif­fé­rents pro­jets réalisés. 

A son tour, le client nous fait part de ses besoins, de ses attentes et du pro­jet qu’il sou­hai­te­rait que nous fas­sions. A ce moment là, nous sommes enthou­siastes et moti­vés mais bien sou­vent notre exci­ta­tion est de courte durée… En effet, celui-ci, pré­fère sou­vent voir une ébauche du pro­jet, c’est à dire le début d’une solu­tion et/ou une idée avant de signer la com­mande. Or, ces solu­tions nous demandent sou­vent beau­coup de temps et d’éner­gie sans savoir si au final le pro­jet va être com­man­dé… Par­fois, nous avons l’im­pres­sion que le client ne nous fait pas confiance ou bien qu’il essaie de récu­pé­rer des idées… sans payer !
_admirable_design_negociations.jpg

Car, c’est très facile pour lui de rete­nir une solu­tion et fina­le­ment d’en faire part à un concur­rent moins cher que nous ! Mais, nous n’al­lons tout de même pas dépo­ser un bre­vet à chaque idée que nous pro­po­sons… Il est cer­tain que nous n’a­vons pas la renom­mer de desi­gners connus mais nous sou­hai­te­rions un peu plus de confiance de la part de cer­tains clients : en effet, nous met­tons tou­jours tout en œuvre pour que notre solu­tion desi­gn lui donne entière satisfaction. 

Pour­tant, nous expli­quons notre méthode de tra­vail et notre démarche mais, bien sou­vent, rien n’y fait ! Il est vrai que cer­taine fois nous « jouons le jeu » en pro­po­sons des idées avant même d’a­voir la com­mande et cette fois c’est nous qui fai­sons confiance. Hélas, après avoir mon­trer quelques ébauches de solu­tions, le client répond sou­vent : «  euh…oui… c’est inté­res­sant, … mais non ! Il faut que j’en fasse part à d’autres per­sonnes… moi ça me plait, mais je ne suis pas seul à déci­der et bla­bla et bla­bla… » Au final, le client nous fait sou­vent miroi­ter une com­mande et puis rien… D’ailleurs, il n’est pas sur­pre­nant par­fois de consta­ter qu’un pro­duit non vali­dé par le client soit fina­le­ment réalisé… 

Même en étant, une jeune agence, nous avons appris avec le temps à ne plus être trop enthou­siaste. Ce n’est pas parce que une solu­tion de pro­jet plaît que la com­mande sera vali­dée. Nous savons bien que nous ne sommes pas les seuls à être sou­mis à ce genre de clients. Il existe de nom­breux corps de métier, très sou­vent lié à la créa­tion, qui connaissent ce genre de pro­blèmes mais ce que nous déplo­rons sou­vent c’est le fait que cer­taines entre­prises picorent des idées à droite à gauche afin de les faire réa­li­ser par des pres­ta­taires moins oné­reux ou, peut-être, plus « pistonnés ».

Bref, main­te­nant, nous sommes plus vigi­lants ; le temps nous appris à ne pas ce réjouir trop vite. A ce pro­pos, il faut aus­si res­ter sur ces gardes même lors­qu’une com­mande est signée … car il faut aus­si se faire payer ! Mais ça c’est un autre pro­blème tout aus­si agaçant.