Sauve ton logo !

A force de récla­mer des socié­tés qui s’en­gagent dans la défense de la planète,
de s’in­té­res­ser aux marques qui sont par­te­naires du com­merce équi­table, sans par­ler de la vague bio… il fal­lait bien qu’un jour le logo soit concerné.

C’est chose faite avec « Save your logo » qui réunit tout cela à la fois ! 

Et c’est l’a­gence Bla­ckand­gold qui nous fait par­ta­ger ses réflexions sur le sujet.

admirable_design_bebe_crocodiles.jpg

Protection de l’espèce…

Lacoste a été la pre­mière marque à répondre posi­ti­ve­ment à la demande (plu­tôt inat­ten­due) du pro­gramme Save Your logo (ini­tié par le Fonds mon­dial pour l’en­vi­ron­ne­ment, la Banque mon­diale et l’U­nion inter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la nature) : finan­cer la pro­tec­tion des cro­co­diles et autres caï­mans en voie en dis­pa­ri­tion… sous pré­texte que le cro­co­dile est son emblème… 

Il fal­lait y penser. 

La semaine der­nière, on appre­nait que la seconde marque serait Maaf assu­rances : en faveur des dau­phins, cette fois. 1,5 mil­lions d’eu­ros sur trois ans. Qui seront les sui­vantes ? Hip­po­po­ta­mus ? Pas sûr que les hip­po­po­tames soient une espèce mena­cée. Jaguar ? Puma ? Ou bien Côte d’Or et son élé­phant barrissant ? 

Au-delà de la dimen­sion évé­ne­men­tielle et « com­mu­ni­cante » de l’o­pé­ra­tion, qui pro­fite autant aux marques en quête de res­pon­sa­bi­li­té socié­tale qu’à la noto­rié­té de Save Your Logo, l’i­dée de deman­der aux marques de mili­ter en faveur de l’a­ni­mal dont elles ont fait leurs logos est révé­la­trice de l’é­tat du moment. 

Elle vient d’a­bord confir­mer que les marques ne sont pas seule­ment par­te­naires du quo­ti­dien, mais qu’elles sont aus­si actrices de la socié­té. Les pou­voirs publics ne pou­vant plus répondre à toutes les demandes, chaque ini­tia­tive en faveur du col­lec­tif est la bienvenue. 

Elle annonce aus­si une nou­velle rela­tion aux logos. 

Ce n’est plus la valeur sym­bo­lique de l’a­ni­mal qui importe là, mais l’a­ni­mal lui-même, avec sa part d’af­fect et notre mau­vaise conscience à le savoir menacé. 

Que pèsent les valeurs de l’en­tre­prise face à un ani­mal menacé ?