Méchante com !

Cyril Gaillard spé­cia­liste de la recherches de noms de marques (Béné­fik) nous met en garde vis à vis de l’u­ni­ver­sa­li­té de cer­tains noms… qui posi­tifs dans une culture peuvent se révé­ler néga­tifs dans une autre.

Preuves à l’appui…

admirable_design_-words.jpg
“City of Words”, litho­gra­phie par Vito Accon­ci, 1999

Réflexions sur quelques noms au Québec…

Élec­tion du maire de Mont­réal oblige, les médias ne cesse de par­ler poli­tique. Et dans ce flot d’in­for­ma­tions conti­nues, mon oreille de fran­çais s’é­tonne d’en­tendre le nom d’un des deux prin­ci­paux mou­ve­ments en place : le PQ, pour Par­ti Québécois. 

Dif­fi­cile d’i­ma­gi­ner ce genre de sigle en France…Preuve qu’un nom doit par­fai­te­ment s’in­sé­rer dans la culture d’un pays et pas sim­ple­ment dans son dictionnaire. 

Autre exemple de la force d’un nom quand il est lié à un évè­ne­ment dra­ma­tique, celui du pré­nom Aurore. En France, rien de cho­quant, on pense au poé­tique levé du soleil, au roman­tisme d’un joli prénom. 

Au Qué­bec, Aurore évoque le mar­tyr d’une fillette qui dans les années 1920 a subi les mau­vais trai­te­ments de ses parents jus­qu’à en mou­rir. L’af­faire ins­pi­ra depuis plu­sieurs pièces de théâtres et films jus­qu’à une der­nière ver­sion en 2005. Une socié­té qui sou­hai­te­rait lan­cer une marque des­ti­née aux enfants du Qué­bec serait bien ins­pi­rée de ne pas uti­li­ser le nom de Aurore ; ce serait comme si LU en France déci­dait de com­mer­cia­li­ser une gamme  » Le Petit Grégory « .
Après tout pour­quoi pas, il y a bien  » Le Petit Nico­las  » ou  » Papy Brossard « …

Autre sur­prise, beau­coup moins dra­ma­tique, l’u­sage du nom Solex. Si en France tout le monde connaît cette marque mythique régé­né­rée depuis par sa ver­sion élec­trique le E‑Solex, au Qué­bec, c’est une agence de voyage plu­tôt des­ti­née aux hommes d’af­faires qui pro­pose des séjours à Cuba, au Méxique ou en Egypte…

A quand une fusion des deux marques pour offrir des voyages Solex en Solex …

Enfin der­nier exemple, preuve qu’une socié­té peut déci­der de com­mu­ni­quer de manière très dif­fé­rente sur un même nom selon la stra­té­gie mise en place, la marque Playtex. 

En France et d’ailleurs aus­si aux Etats-Unis, elle désigne une large gamme de lin­ge­rie. On l’as­so­cie à Cœur Croi­sé et autres décli­nai­sons. Et bien petit conseil à l’u­sage d’un Fran­çais qui sou­hai­te­rait séduire une Qué­bé­coise, dîtes lui qu’il aime­rait beau­coup lui offrir un pro­duit de la marque et pas­ser une nuit mémo­rable en sa compagnie…Pas sur que l’i­dylle très longtemps. 

Pour une Qué­bé­coise, Play­tex, c’est une marque de tam­pons hygiéniques…