Chirurgie plastique et design ! !

Designer le visage, le corps jusqu’à créer des clones de starlettes toutes aux expressions identiques, des hommes politiques tous souriants et bronzés… un rêve de designer ? Le design du silicone et de la liposucion ?

Sébastien Canu de l’agence de design Japa nous livres ses pensées… sarcastiques sur le sujet ! 

admirable_design_Pate_de_nez_S_CANU.jpg

Plastic design !

Budapest. 9 octobre 2009.

Miss Plastic Hungary. 

Alignement parfait de jeunes femmes semi dénudées aux proportions et aux mensurations vertigineuses. Les visages et les corps sont lisses et étrangement ressemblants. 

Casting virtuel pour la nouvelle miss météo de canal + ou étude anthropométrique prospective sur la femme occidentale de demain ? The winner is : Mr Scalpel ! (cousin par alliance de Mr Money !). 

Notre chère Dolly, premier animal officiellement cloné, devra encore attendre un peu avant de trouver son alter ego en version humaine, cette belle brochette n’est qu’un immense show room et un mega coup de pub !

Miss Plastic Hungary est le premier concours de « reines de beauté » passées officiellement sous les bistouris aiguisés des meilleurs chirurgiens hongrois (A voir l’exacerbation des attributs sexuels des demoiselles, il semblerait que l’emploi du masculin soit justifié).

Show room donc ! 

Objectif recrutement ou comment démontrer le savoir-faire des praticiens locaux pour convaincre les clientes potentielles venues d’ailleurs à inclure dans leur cahier de vacances l’option « nouvelle poitrine avec dispositif antigravité » (inclus bien entendu dans le forfait, liposucions et lèvres siliconées en service après vente. 

Botox en sus et « merci mon chéri, c’est pour toi que je fais tout ça ! »). 

Paris.
3 novembre 2009. 

Avenue Montaigne. Dans les grandes maisons de couture comme devant les grands hôtels, défilé de femmes mûres et sophistiquées. Même allure. Mêmes codes. Mêmes nez . Mêmes poitrines étrangement tendues sous les petits tops en cachemire aussi coûteux que « must-have ». 

Débarquement d’un car de miss plastic hongroises cru 1988 ou riches touristes de retour de croisière chirurgicale ? A en croire l’inspection des environs et les accents cosmopolites des victimes il semblerait qu’il n’en soit rien ! 

Déroutant constat que cette dictature de l’image. Une image calibrée, nivelée, où singularité rime avec uniformité.

A voir nos peoples, artistes et politiques, n’affichent-ils pas le même sourire ultra blanc stéréotypé (ndlr. très proche du sourire ultra blanc carnassier) ; nous autorisant ainsi à constater la place du corps dans la construction d’une image de soi comme d’une image de marque.

Corps communiquant et design de la personne. Corps-packaging qui, pour exister, doit se modeler aux contraintes esthétiques et préférentielles d’un marché de l’image. 

Rêvons donc un salon « première vision » du silicone ou un Pentaward du plus joli nez ? 

Quand on sait, lorsqu’on travaille sur une image produit, que la différence induit déjà la préférence, on ne peut s’empêcher de penser que la beauté est une problématique bien compliquée ! 

Même si l’artiste française Orlan vole au secours de Dolly !