Nomadisme et innovation technique

Jean-Pierre Gou­jard est ingé­nieur spé­cia­liste des embal­lages. Depuis près de vingt ans il tra­vaille pour les grands noms de l’a­gro-ali­men­taire et de la cos­mé­tique mais aus­si direc­te­ment avec les agences de desi­gn. L’art de conci­lier le desi­gn et les contraintes techniques !

Mini pro­duits, mini doses …

Qui dit pro­duit nomade dit petit for­mat. Les grandes marques cherchent à déve­lop­per des por­tions uni­doses qui répondent à cette ten­dancce : gri­gno­tage en agro-ali­men­taire, coup d’é­clat sur la peau en cos­mé­to­lo­gie, tablette dose ou lin­gette en déter­gence, mini-por­tion pour chien et chat en petfood.,etc.

Le mar­ke­ting essaie de posi­tion­ner ces mini pro­duits au mieux

innocent200w.jpg

Les solu­tions pour maî­tri­ser les fabri­ca­tions et les embal­lages existent. Ce sont les mêmes tech­no­lo­gies mais avec des machines d’é­qui­pe­ment plus poin­tues. Le packa­ging fait la part belle aux plas­tiques en pati­cu­lier aux films souples en mono ou mul­ti couche. On uti­lise la tech­no­lo­gie du flo­pack ou du doy­pack. Ou bien on en pro­fite pour faire des ajus­te­ments auto­ri­sant des formes plus ludiques (rondes, en mini ber­lin­gots). Pour ce genre de condi­tion­ne­ment des condi­tion­neurs d’é­chan­tillons ont une lon­gueur d’a­vance comme en France, Socoplan. 

La consom­ma­tion d’humeur.

En revanche les mini pro­duits peuvent être un moteur d’in­no­va­tion si on intègre l’a­mont au condi­tion­ne­ment. Fabri­ca­tion en salle blanche des crèmes de soin sans conser­va­teur. Rem­plis­sage sous vide ou en atmo­sphère contrô­lée des spé­cia­li­tés ali­men­taires fraîches.

Trai­te­ment UHT et condi­tion­ne­ment asep­tique de gobe­lets pour bois­sons nutritionnelles.

Mini pul­ve­ri­sa­teur one shot de par­fum et de crème hydratante.

Si ces pro­duits per­mettent une consom­ma­tion d’hu­meur la tech­no­lo­gie mise en œuvre étant plus rigou­reuse et le fait qu’il soit absor­bé en une seule fois, cela leurs auto­rise des meilleures qua­li­tés d’hy­giène et de propreté.

Tou­te­fois ces tech­no­lo­gies ont un coût. Les cadences de pro­duc­tions sont encore faibles. Les maté­riaux sont cher en qua­li­té et impor­tant en volume. Néces­si­té de faire des embal­lages de regrou­page. Si on com­pare ces pro­duits devront être plus chers que les grands for­mats. Ne par­lons pas des volumes de déchets d’emballages géné­rés par l’ex­ten­sion des mini formats.
drink208w.jpg

C’est pour­quoi faire le choix du pro­duit nomade à tra­vers le mini pro­duit et les mono­doses est plus dif­fi­cile qu’il n’y paraît du point de vue tech­nique et marketing.
Com­ment opti­mi­ser les embal­lages à mettre en œuvre, Com­ment opti­mi­ser la for­mu­la­tion et la visi­bi­li­té du condi­tion­ne­ment. Quel est le plus pro­duit par rap­port aux grands formats.