Decathlon : la design attitude

Phi­lippe Picaud est ce desi­gner qui a créé le dépar­te­ment desi­gn de Décath­lon en 2001, avec le suc­cès que l’on connaît. Aujourd’­hui il est à la tête de 70 créa­teurs ! Gérard Caron a eu envie de le ren­con­trer, on com­prend pourquoi …

phpicaud200w.jpg
GC:Quel regard avez-vous de votre par­cours de designer ?

PhP : J’ai envie de répondre qu’il est typique d’un par­cours de … desi­gner international,puisqu’il m’a mené en Afrique du Sud, aux Etats-Unis, en Angle­terre et en France.

Après les Arts Appli­qués à Paris, je suis allé deux années aux Usa, y pas­ser un mas­ter en desi­gn indus­triel. Au retour j’ai tra­vaillé dans une petite agence de desi­gn à Paris avant d’al­ler en Afrique du Sud pour deux ans y desi­gner des cara­vanes et mobile homes !Puis retour en France chez Texas Ins­tru­ments en tant que res­pon­sable du desi­gn inter­na­tio­nal. Sept ans plus tard je crée le dépar­te­ment desi­gn d’Al­ca­tel, avant de me retrou­ver chez Phi­lips pour y mettre sur pieds un ser­vice desi­gn de la télé­pho­nie mobile. C’est en 2001 que je me retrouve chez Decath­lon pour bâtir la direc­tion du design.

GC:Ving années de desi­gn, cela laisse quel goût dans la bouche ?
En dehors de toutes les satis­fac­tions per­son­nelles, je dirais que sur le plan pro­fes­sion­nel, au fond de moi je suis déçu que l’on ait réus­sit en vingt années à ne créer que quelques grands direc­teurs de desi­gn. Alors que paral­lè­le­ment d’autres pro­fes­sions ont connu une explo­sion de grands talents et de leaders.

Le desi­gn s’est conten­té d’a­mé­lio­rer sa tech­ni­ci­té, de deve­nir plus professionnel…D’où cette cer­taine décep­tion que je ressens. 

decath.jpg
GC : Les visi­teurs d’Ad­mi­rable Desi­gn savent que Decath­lon est deve­nu un des pas­sages obli­gés pour un jeune designer …

PhP : Nous rece­vons, il est vrai, de nom­breux actes de candidatures.

Nous recru­tons des jeunes par les rela­tions que nous entre­te­nons avec quelques écoles de design.Nous accueillons de nom­breux sta­giaires et …fai­sons des pro­po­si­tions aux plus talen­tueux d’entre eux.

GC:Que repré­sente encore le desi­gn pour un desi­gner au par­cours aus­si riche que le vôtre ?

PhP : A mes yeux le desi­gn est une atti­tude et une apti­tude. Une atti­tude parce que l’on s’a­dresse à des indi­vi­dus ano­nymes, donc il ne faut pas attendre une recon­nais­sance dans ce métier. C’est aus­si pour cela que l’on peut y souf­frir dans son fort intérieur.

Notre récom­pense est de voir un pro­duit que l’on a desi­gner entre les mains d’un autre. C’est tout.

Qui connaît un Roger Tal­lon, en dehors du petit cadre de notre métier ? Même les meilleurs d’entre nous res­tent inconnus.Comparez avec les stars d’autres cor­po­ra­tions ; certes, il y a le cas par­ti­cu­lier du phé­no­mène Stark !

Le desi­gn est aus­si une apti­tude à ques­tion­ner dans un envi­ron­ne­ment évolutif…Et cela, peu la pos­sède réellement.

GC:Vous tra­vaillez par­mi de jeunes, voire de très jeunes desi­gners. Quelles qua­li­tés recher­chez-vous chez les can­di­dats que vous recevez ?

PhP : En plus des qua­li­tés que doit conte­nir le dos­sier – mais cela, c’est facile à éva­luer- il y a les qua­li­tés de l’in­di­vi­du : l’es­prit d’ou­ver­ture, ce qui veut dire aus­si une capa­ci­té à la géné­ro­si­té, l” auto­no­mie per­son­nelle (l’art de se gérer)et l’intelligence.

GC:Ce sont donc les clés pour réus­sir une car­rière chez Décathlon ?

PhP :
Beau­coup de jeunes pos­sèdent les qua­li­tés que j’ai citées.Mais ceux qui « marchent » le mieux sont ceux qui prennent des ini­tia­tives ; pour la simple rai­son que nous, au mana­ge­ment, nous n’a­vons pas de temps de pen­ser à tout.

J’a­jou­te­rai aus­si, qu’un bon desi­gner aujourd’­hui doit s’a­voir communiquer…
GC:Vous accueillez des can­di­dats étrangers ?

PhP :
C’est un point sur lequel je dois tra­vailler : nous n’a­vons que trois étran­gers sur soixante-dix desi­gners ! Et c’est dom­mage. Mais je n’i­gnore pas que cela est dû à des rai­sons his­to­riques de la marque. Il fau­dra du temps pour chan­ger cela. Mais cela reste un objec­tif pour moi …