Les 10 commandements du design pack # 6 : montrer son dos !

Lars Wal­len­tin, maître es-packa­ging recon­nu, délivre aux amis d’Ad­mi­rable Desi­gn les dix com­man­de­ments d’un desi­gn de pack per­for­mant donc réussi.

Un vrai tré­sor basé sur son expé­rience mon­diale unique.

Pro­fi­tez de ce cadeau. Aujourd’­hui c’est le sixième com­man­de­ment qui concerne l’as­pect le plus négli­gé du pack desi­gn : son verso.

admirable_design_13_pizza_goodfellas.jpg_

6. TU RENDRAS LE LE DOS DE L’EMBALLAGE INTÉRESSANT

Si l’avant d’un embal­lage a pour rôle d’inciter le consom­ma­teur à ache­ter, soit par le biais d’une marque répu­tée, d’une illus­tra­tion appé­tis­sante, d’une pro­mo­tion ou d’un avan­tage pro­duit par­ti­cu­lier, l’arrière et les côtés d’un embal­lage doivent don­ner envie au consom­ma­teur de rache­ter le pro­duit – c’est-à-dire de ren­for­cer le lien entre le consom­ma­teur et la marque / le producteur. 

Dans ce cas, on peut se deman­der pour­quoi l’arrière de nom­breux embal­lages est à ce point inin­té­res­sant que le consom­ma­teur ne le regarde même pas ? 

Il y a cinq rai­sons prin­ci­pales à cela :

1. Le res­pon­sable n’est pas convain­cu de l’importance du dos d’un emballage.

2. Le res­pon­sable ne com­prend pas que le desi­gn peut rendre les choses attrayantes, claires, simples et intéressantes.

3. Le res­pon­sable n’a pas le sens de la hié­rar­chie, c’est-à-dire qu’il ne connaît pas ce qui est plus ou moins impor­tant pour le consommateur.

4. Le res­pon­sable a choi­si une agence de desi­gn qui connaît peu ou pas la
communication.

5. Le res­pon­sable s’en moque !

admirable_design_12_vraiment_bon.jpg
créa­tion Paris-Heure-Locale

Il n’est pas dif­fi­cile de conce­voir cor­rec­te­ment l’arrière d’un embal­lage (Ser­vice
Panel) si le desi­gner envi­sage cette tâche à la manière du rédac­teur d’un jour­nal quo­ti­dien ou heb­do­ma­daire qui s’adresse à ses lec­teurs avec des mots, des images et une mise en page qui incitent à la lecture. 

C’est mal­heu­reu­se­ment rare­ment le cas aujourd’hui étant don­né que le res­pon­sable essaie, avant tout, de plaire aux conseillers juri­diques, au patron, aux lignes direc­trices, aux règles ou aux meilleures pra­tiques ! Au lieu de faire appel à son bon sens. 

En outre, il y a un mal­en­ten­du sur ce qui doit être affi­ché, peut être affi­ché, devrait être affi­ché, pour­rait être affi­ché, etc… 

admirable_design_14_arla.jpg

Voi­ci 3 règles fon­da­men­tales à suivre lors de la concep­tion du dos d’un emballage :

l. Indi­quer com­ment pro­fi­ter au mieux du pro­duit, notam­ment en indi­quant comment
le pré­pa­rer et le consommer.

2. Com­ment contac­ter l’entreprise pour plus de ren­sei­gne­ments (recettes, astuces, etc.) ou faire des com­men­taires, c’est-à-dire en men­tion­nant un site Inter­net, un numé­ro de télé­phone, une adresse e‑mail et une adresse postale.

3. Don­ner des conseils nutri­tion­nels, c’est-à-dire des don­nées simples et com­pré­hen­sibles sur le pro­duit en question.

Ce n’est que lorsque ces trois cri­tères sont res­pec­tés qu’il faut se pen­cher sur l’aspect légal du texte comme la liste des ingré­dients, le poids net, le code-barres, la date, etc.

Le site de Lars