Apple : adieu au design skeuomorphique !

Olivier Disle, planner stratégique et consultant en stratégie de marque nous révèle la nature de la véritable révolution graphique qui se dessine chez Apple : l’abandon du design skeuomorphique !

Lisez ce « papier » qui nous fait découvrir un nouvel aspect du design et retenez ce mot : skeuomorphique. Bien placé dans une conversation, l’effet est garanti…
Brillant.

admirable_design_scott-forstall.jpg
Le design skeuomorphique, qu’est-ce que c’est ?

Pour ceux qui suivent l’actualité Apple de près, c’est à dire tous les lecteurs de journaux en France, Tim Cook, dit le Cuistot, a viré fin octobre dernier le responsable d’iOS – le système d’exploitation de l’iPhone – à savoir Scott Forstall et, dans la foulée, le responsable des Apple Stores, le très détesté John Browett, plus connu sous le hashtag #FireBrowett.
Tout cela n’aurait aucun intérêt si cela ne nous avait permis de découvrir à l’occasion de ce fait divers, la notion de « design skeuomorphique ».
Car ledit Forstall était très pro-skeuomorphique et Jonathan Ive qui reprend une partie de ses attributions, ne l’est pas du tout.
Qu’est-ce que c’est que ça « skeuomorphique » ?
Alors skeuos en grec, cela désigne un ensemble de choses dont les instruments et ustensiles du quotidien.
admirable_design_ios.jpg

Le sens dérivé du néologisme skeuomorphisme est celui qui consiste pour un élément de design, à imiter ce à quoi l’objet initial ressemblait.
Cela ne date pas d’hier le skeuomorphisme : les ampoules en fausse-flamme de bougie (j’adorais ça chez ma grand-mère), le carrelage en faux-bois, le faux-cuir des planches de bord, etc.
Mais c’est avec les interfaces graphiques informatiques que le concept a pris un essor inégalé.
Si l’on regarde l’interface d’un iPhone, toutes les icônes ou presque reprennent skeuomorphiquement des icônes d’un monde pré-numérique :
Une boussole pour représenter la boussole, des engrenages pour l’icône des réglages (des engrenages !), un calendrier papier pour le calendrier électronique, un diaphragme d’appareil photo pour la caméra numérique, une étagère en bois pour représenter la bibliothèque de livres, un clap pour la bibliothèque de films. Etc.
Au delà de connaître un nouveau mot qui peut servir au Scrabble (« Un jour, mon frère, il a fait skeuomorphique, sur une case triple »), cette passionnante histoire du tome 2 de la saga Apple soit post-Jobsienne nous livre deux interrogations elles- aussi palpitantes.

admirable_design_dashboard.jpg

La première est « Est-ce que Scott Forstall est borgne ? »
D’abord parce qu’il a l’air borgne. Et ensuite parce que suivant une interprétation toute psychanalytique et toute personnelle de la vision skeuomorphique du monde de Scott Forstall, son œil de verre représenterait ainsi skeuomorphiquement son œil disparu. D’où ce penchant.
La seconde est « Comment faire pour ne pas faire du skeuomorphisme à l’ère numérique » ?
Et oui. Comment dire application « Mails » sans montrer d’enveloppe papier ?
La vérité est que mes enfants n’ont jamais vu de boussole, de calendrier papier, de diaphragme d’appareil photo, d’étagères en bois pour les livres. Ah, ça si.
Mais beaucoup de notre skeuos d’aujourd’hui est devenu numérique donc virtuel. Alors comment faire sans montrer le référent précédant le virtuel ?
Mais les enfants n’ont pas connu le référent.
Etc.
Question sans solution. Mais question à laquelle Apple va répondre dans les prochains mois.
admirable_design_bougie.jpg

Retrouver Olivier sur son blog « Chroniques des marques à l’ère numérique » www.olivierdisle.com.