Jean Perret, ils témoignent…

Voi­ci quelques extraits de témoi­gnages qui font suite à la dis­pa­ri­tion de Jean Perret.
Tous recon­naissent l’in­fluence qu’il a exer­cée sur notre métier en par­ti­cu­lier au moment de son éclo­sion en France par la la créa­tion de Car­ré Noir dont il était asso­cié puis par Style Marque dont il fut un co-fondateur.
A lire par ceux qui l’ont connu et par tous ceux qui sont pas­sés à côté de ce grand bon­homme sans le rencontrer…

admirable_design_jean_perret.jpg
Jean Per­ret en 1973 à la créa­tion de Car­ré Noir

QUELQUES TÉMOIGNAGES

Un lion du desi­gn nous a quit­tés, il en avait la cri­nière énorme, che­ve­lure bou­clée et barbe abon­dante d’or flam­boyant, le regard bleu vert per­çant, sou­vent impres­sion­nant, par­fois intimidant.
C’était Jean PERRET un grand du desi­gn, véri­table artiste sans concession.
Sa griffe res­te­ra pour tou­jours dans nos cœurs.

Michel Alizard

Co-fon­da­teur de Car­ré Noir


À l’époque où le mot « desi­gn » était syno­nyme de mobi­lier scan­di­nave, je sais com­bien il a été un moteur puis­sant qui a fait émer­ger notre pro­fes­sion, du domaine flou du des­sin, de l’art et des métiers de salon.
D’une exi­gence abso­lue vis à vis de son entou­rage et de lui-même il a sacri­fié noto­rié­té, recon­nais­sance et hon­neurs pour res­ter fidèle à sa voca­tion de pionnier.

Tous les pro­fes­sion­nels du desi­gn gra­phique dans l’exercice de leur fonc­tion sont des héri­tiers des ensei­gne­ments et des méthodes que Jean et quelques-uns de ses proches ont ima­gi­né pour adap­ter la créa­tion gra­phique fran­çaise aux néces­si­tés du mar­ke­ting des tech­no­lo­gies contem­po­raines. Le savent-ils ?

Je reprends un de ses mes­sages, le dernier :
« Pour construire votre marque conce­vez un grand des­sein. Expri­mez-le par un vrai des­sin. Choi­sis­sez un beau nom, faites un bon pro­duit. Racon­tez son his­toire avec véri­té. Mar­quez tout et par­tout. Lais­sez vieillir.. »

Gérard Caron

Co-fon­da­teur de Car­ré Noir


Jean Per­ret, flam­boyant comme sa crinière !
Jean se défi­nis­sait comme « anar­chiste bour­geois ». C’est vrai, il aimait les belles choses de la bour­geoi­sie. Mais sur­tout, anar­chiste, il ne recon­nais­sait aucune auto­ri­té, seule la créa­ti­vi­té était son éthique absolue.
Exi­geant jus­qu’à la rup­ture, Jean a lan­cé en peu d’an­nées Car­ré Noir sur une orbite éblouissante.
C’é­tait, je pense, de notre géné­ra­tion, le plus grand desi­gner et gra­phiste, mais pas seule­ment gra­phiste (par exemple son losange Renault a d’a­bord été pen­sé en volume).
Jean lut­tait pour que notre pays recon­naisse ou tout sim­ple­ment connaisse notre métier. Dans le pays de Cas­sandre, deve­nu un désert (chaos) gra­phique, il aurait au moins dû être élu à l’A­ca­dé­mie des Beaux Arts.

Mais c’est dans la soli­tude que Jean s’est éteint à Blois le 22 Août der­nier, loin des hon­neurs, des pompes et des discours.
Nous sommes tous dans ta solitude.
Mer­ci Jean

Michel Disle

Co-fon­da­teur de Car­ré Noir


Jean Per­ret vient de quit­ter ce monde empor­tant avec lui son tem­pé­ra­ment passionné.
Lors de nos trop rares ren­contres, la trempe de l’homme m’avait impressionnée.
Un homme au phy­sique solide, ter­rien ; à l’énergie guer­rière dès qu’il s’agissait de défendre ses convic­tions desi­gn, mais aus­si un homme d’une grande sen­si­bi­li­té créative.
Jean Per­ret res­te­ra l’un de nos pairs et une figure mar­quante de notre profession.

Béatrice Mariotti

VP & Direc­trice de la Créa­tion de Car­ré Noir


admirable_design_jean_perret_paris.jpg


Jean Per­ret était un Maître, à ses côtés après Car­ré Noir, j’ai pro­lon­gé l’ exper­tise de la Marque et en par­ti­cu­lier sur la renais­sance de Renault (1990). Jean savait com­bi­ner gra­phisme, cou­leur, sym­bo­lique et typo­gra­phie, pour révé­ler le sens pro­fond d’une marque comme pour Tré­sor de Lancôme.
Avec Yves Ronin ils for­maient le tan­dem Style Marque avec à leurs côtés Gérard Bou­lan­ger, Fran­ces­co Moret­ti et moi même.

Stéphane Ricou

Ceo The Brand Union


On ne dit jamais a ceux que l’on aime qu’on les aime !
C’est sur­ement le cas avec Jean.
Qui n’é­tait pas aise d’ap­pro­cher,
Quel talent !

JC Cribelier

DA Car­ré Noir


Jean fut mon pre­mier maître dans la pro­fes­sion. J’ai choi­si de quit­ter l’é­cole où j’é­tu­diais (l’E­SAG) en cours de 2e année
pour apprendre à ses côtés. Pas­sion­né de desi­gn, il m’a ouvert la voie, me mon­trant que la sym­bo­lique visuelle
et la typo­gra­phie pou­vait consti­tuer le socle d’un métier.
Sachant ma pas­sion pour la lettre, Jean m’a fait connaître Albert Boton auprès de qui j’ai physiquement
appro­ché le des­sin de carac­tères typo­gra­phiques. Mais aus­si Michel Disle, autre grand créa­teur de marques,
et Gérard Caron, grand théo­ri­cien du desi­gn, tous deux ses anciens par­te­naires au sein de Car­ré Noir.
Cha­leu­reux, sin­cère, enthou­siaste, dis­cret, Jean pou­vait être aus­si et cer­tains le savent, péremp­toire, colérique,
et cas­sant. Ce fut la cause de mon éloi­gne­ment. Nous ne nous sommes fré­quen­té que quelques années et en
trente ans, ne nous sommes revu qu’une seule fois ; une entre­vue timide et polie, alors que nous avions été si
complices…

J’ai tou­jours cepen­dant gar­dé un grand res­pect pour le bon­homme, sui­vant et admi­rant de loin son travail.
Jean reste pour moi l’un des meilleurs dans le pay­sage du desi­gn fran­çais dans lequel, c’est cer­tain, il a depuis
long­temps impri­mé sa marque.

Pierre Katz

Brand Iden­ti­ty Design


À Jean,

Tu fais par­tie de ceux qui ont inven­té ce métier de desi­gner : « Des­si­ner un des­sein » comme tu disais. Pour cela il faut des convic­tions, du cou­rage et de la fraî­cheur ; tu nous l’as mon­trés. Tu nous as trans­mis le sens de la belle ouvrage, du détail et de la pré­ci­sion sans bavar­dage. Tu nous as aus­si appris à pen­ser la valeur avant de la pro­duire. Mais tu nous a sur­tout appris à défendre nos idées et à les faire res­pec­ter même finan­ciè­re­ment  : « le prix s’ou­blie, la qua­li­té reste » comme dit Bas­tien dans les Ton­tons Flingueurs.

Tu défen­dais que l’homme n’est pas cou­pé en deux avec d’un coté la tête et de l’autre les mains. Que nous avons la chance, nous créa­tifs, de pou­voir pen­ser, faire et voir le résul­tat de notre tra­vail avec comme ultime plai­sir de don­ner satisfaction.
Mer­ci Jean.

Eric Prince

Fon­da­teur de Super regular


admirable_design_perret_jean.jpgLes deux agences de desi­gn co-créées par Jean Perret


Il y a quelques semaines encore, comme d’autres je rece­vais le der­nier coup de gueule de Jean. Il s’in­sur­geait alors contre la piètre qua­li­té des signes de la Répu­blique affi­chés lors des dis­cours offi­ciels. Jus­qu’à la fin il sera res­té révol­té, concer­né et à vif. 
Intran­si­geant et d’une irré­pro­chable inté­gri­té, il n’ac­cor­dait son estime que sur la base de votre pro­duc­tion, pas­se­port qu’il fal­lait renou­ve­ler pério­di­que­ment. Et lors­qu’il était déçu, sa colère mon­tait vite. Jean res­pec­tait plus que tout la créa­ti­vi­té et le des­sin, que d’a­près lui il fal­lait sans cesse exer­cer, pour ne pas les perdre. 
Son talent, sa géné­ro­si­té, ses qua­li­tés de vision­naire ain­si que son immense besoin de trans­mettre étaient tels qu’ils rayon­ne­ront encore dura­ble­ment sur notre métier, qu’il a en grande par­tie façon­né, au tra­vers de ceux qu’il a for­més. Son héri­tage est immense, nous lui devons d’en être conscients. C’é­tait un grand Mon­sieur, et une bien belle per­sonne. Res­té sau­vage, le che­val rouge s’en est allé vers d’autres horizons. 

Laurent Muller

Bran­ding corporate 


J’avais tra­vaillé dans son ombre pen­dant 4 ans, la socié­té s’appelait à l’époque E.R.I.C. pour deve­nir un peu plus tard Style Marque.
Un homme loin d’être simple, mi homme mi ours, dans le quo­ti­dien mais un très grand Mon­sieur dans le monde du graphisme…

Catherine Lefort

Desi­gn gra­phique- free lance


Jean Per­ret, un homme intel­li­gent et talentueux

Auto­di­dacte, avant-gar­diste avec une sen­si­bi­li­té hors pair
Il lais­se­ra der­rière lui son empreinte au tra­vers d’immenses
réalisations

Un homme mal­heu­reu­se­ment trop peu connu du grand public, mais ceux qui ont
eu la chance de l’approcher se sou­vien­dront sûre­ment de lui comme un
homme impres­sion­nant, pas­sion­né et authen­tique avec un humour bien à lui.
Pas for­cé­ment à l’aise avec le bla bla bla … il s’exprimait à coup
de crayon !

Géné­reux dans l’effort il don­nait tout par amour du beau.
Il reven­di­quait … Le pro­duit vrai !

J’ai eu la chance de tra­vailler pen­dant les 12 années à l’agence
Style Marque en charge du stu­dio d’exécution et à la mise au point de
logos. Ces années, res­te­ront les plus belles de ma petite carrière.
Aujourd’hui encore chaque fois que je crée un logo je pense à lui.

Je me sou­viens éga­le­ment un repas avec lui où il des­si­na sur la nappe en
papier du res­tau­rant un logo … ST Dupont pas rien ! C’est aus­si cela
Jean Perret

Jean vous me manquez…

Une forte pen­sée éga­le­ment à Saïda.

Bru­no Emptoz-Lacôte
Gra­phiste Free­lance – Execo.Design