Dominique Grosmangin

Domi­nique Gros­man­gin est un des grands noms, par­fois peu cité, du desi­gn fran­çais. Dis­ciple de Jean Per­ret, direc­trice de feue l’a­gence Euro RSCG Desi­gn, elle s’est faite un nom (et renom) en par­ti­cu­lier dans le domaine des iden­ti­tés visuelles de marques… Élé­gance, qua­li­té et culture, sont les traits domi­nants de ses créa­tions qui n’ont pas pris une ride : RATP, La Socié­té Géné­rale, PMU, Natexis, Swa­rovs­ki, EDF, etc. Osons le dire : la plu­part des logo­types récem­ment créés en France, ne sup­portent pas la com­pa­rai­son. Aujourd’­hui elle conti­nue d’exer­cer ses talents pour des marques comme Béne­teau, Remy-Coin­treau, Adler Joailliers…

Domi­nique vous avez la parole, à quels desi­gns attri­buez-vous la note 10/10 ?

En tout pre­mier plan, je vou­drais rendre hom­mage à la Séces­sion de Vienne et à tout ces arti­sans des Wie­ner Werks­tatte sans les­quels le « desi­gn » au sens anglo-saxon du terme ne serait pas ce qu’il est. Quelle moder­ni­té, quelle vision et quel bonheur !

La lampe Tizio. Mas­cu­line, fière ou timide selon sa posi­tion, elle m’en­chante tou­jours mal­gré la concurrence.

Le sty­lo à bille et le mini bri­quet Bic. Il avait des idées de génie le baron.

La pyra­mide du Louvre. Le culot d’une sacrée ren­contre entre les siècles et com­ment redon­ner vie au plus grand palais de monde ( je crois !) Vous ne cra­quez pas à l’aube dans la lumière d’été ?

La nou­velle mini Cooper. Belle évo­lu­tion avec ses ron­deurs et son côté very irresistible…

Le centre culi­naire Bul­thaup. Vous connais­sez ce meuble indé­pen­dant, mini­ma­liste, haut sur pied, tout en inox. J’ai cra­qué pour lui il y a 15 ans. Nous vivons tou­jours ensemble et je l’aime toujours.

La boite orange Her­mès. Pour tout ce qu’elle repré­sente de rêves et d’é­mo­tions pour des générations.

La sélec­tion de Domi­nique Gros­man­gin est pla­cée sous le signe de la pure­té des formes. On y trouve la sim­pli­ci­té quand elle s’im­pose (Bic), la tech­nique maî­tri­sée (Cooper, Tizio) et les volumes géo­mé­triques incon­tes­tables (la boîte Her­mès, la pyra­mide). Tout cela donne des objets desi­gn qui défient le temps. Il doit bien y avoir un trait de carac­tère de Domi­nique der­rière tout cela…